Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

[Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Ven 30 Mar - 23:24
Allez, ouais ouais, yo yo, on repart pour de nouvelles aventures.
Pour le prochain mois, je lance une discussion sur un nouveau thème (que vous avez dû lire, avec le titre) : l'éducation dans Azeroth.

Cernons un peu le débat animé qui va avoir lieu : il s'agira d'abord de déterminer dans les grandes lignes quels sont les moyens, les structures par lesquelles chaque peuple d'Azeroth éduque sa jeunesse, la forme à un métier, et engrange des connaissances. Donc il on va parler d'apprentissage sous les différentes formes (scolaire, technique, militaire ...).
Une fois que les principes seront posés, il s'agira de créer du "lore étendu" : des professeurs célèbres, des écoles, des académies, bref, tout ce qui vous passera par la tête.

Je lance la joute. Je ne donnerais pas d'éléments pour toutes les races, comme d'habitude chacun est libre d'intervenir quand il le désire et sur n'importe quel point, tant que ça reste dans le thème.

Humains de Hurlevent :

Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent, et résultat, ils sont encore puceaux à 10 ans !

Deux éléments concrets : Stalvan Mantebrume, et l'école communale de Ruisselune.

Un des points important de mon headcanon, c'est la présentation de Warcraft 1. Hurlevent, avant l'invasion orque, est sensée être un "paradis", un endroit où il fait bon vivre quand la guerre est absente. A part dans le cadre de guerre, on a peu de mentions de maladies, de famine, ce genre de choses. Pour moi, ce genre de choses doit se ressentir dans l'éducation. Ce qui, pour moi, permet de donner plusieurs idées d'éléments :

- une éducation "commune", qui est délivrée pendant quelques années aux enfants en bas âge, dans l'idée de 5 à 10 ans, pour les notions de base : la lecture, l'écriture, le calcul, mais aussi enseigner un peu d'histoire et d'esprit patriote de Hurlevent, et d'autres trucs. D'un côté, cette éducation devrait être en théorie disponible pour tous : les maires de chaque ville et village devant trouver des volontaires (ou payer des spécialistes) pour donner cette éducation aux enfants. Les nobles et les bourgeois ont des précepteurs, les villages les plus riches peuvent s'offrir un professeur, voir même une école, et les petits villages doivent se débrouiller avec ce qu'ils ont. De l'autre côté, ce n'est pas obligatoire, et parfois le village est dans l'incapacité de fournir l'enseignement ... bref, c'est assez flexible pour que ça ne gêne pas les backgrounds éventuels de paysan à la Perceval qui ne connait absolument rien en dehors de sa ferme.

- ensuite, et bien comme IRL au Moyen-âge je suppose : à partir de 10 - 12 ans, l'enfant de villageois/citadin part en apprentissage. Soit auprès de ses parents, soit auprès d'un artisan ou d'un marchand. A partir de là, ils apprennent le métier qu'ils exerceront toute leur vie, voilà. Dans les grandes villes, les métiers sont regroupés en guildes et corporations, avec des règles spécifiques sur le temps d'apprentissage et sur le nombre d'apprenti, par exemple, alors que dans les villages ça doit être plus léger.

- pour les nobles ou les plus riches, leur enfant peut continuer à recevoir une éducation (payante, donc). Elle consiste en l'apprentissage de certaines matières (un peu à la manière des 7 arts libéraux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arts_lib%C3%A9raux  ). En gros : la grammaire, la rhétorique, l'histoire, les arts et les mathématiques comme base générale et des connaissances supplémentaires qui dépendent de chaque précepteur/école et de ce à quoi se destine l'enfant ensuite (un futur combattant prendre à côté des cours de stratégie militaire et d'escrime, un futur alchimiste des cours d'herboristerie, ...).

- enfin, pour ceux qui sont arrivés jusque là, à environ 16-18 ans, ils commencent à être d'honnêtes membres de la société. Certains partent en caserne pour devenir soldats.

- pour les autres, ceux qui le veulent, sont disponibles les études académiques. Les Académies à Hurlevent sont séparées en quatre domaine : l'Académie Militaire (qui permet de devenir officier, c'est l'école de guerre en gros), l'Académie des Arts (qui dispense des cours de lettres, d'histoire, d'archéologie, de philosophie, ...), l'Académie des Sciences (qui forme les alchimistes, les mathématiciens, les médecins, ...), et l'Académie Royale de Magie (qui forme les conjurateurs et autres mages : et elle recrute ses étudiants plus jeunes).

L'idée que je me fais d'une académie dans ce contexte n'est pas "exclusive" : c'est un moyen qui existe pour apprendre et se faire reconnaître par ses pairs, et non le seul moyen d'accéder à la connaissance. On peut très bien faire le cursus de l'Académie des Sciences et devenir alchimiste ; mais on peut tout aussi bien apprendre directement auprès d'un alchimiste pendant plusieurs années. La distinction sera surtout sociale.

Autant l'idée d'une Académie des Arts


Autres humains :

Certainement des spécificités pour les autres Royaumes. J'avoue ne pas avoir trop d'idées. J'attends les spécialistes de Dalaran au tournant.

Les gnomes :

Les gnomes sont entièrement tournés vers l'ingénierie et la magie, j'imagine mal des écoles qui proposeraient autre chose que ça chez eux. Pour le "lol", j'ai considéré jusqu'à maintenant que l'organisation était complètement incompréhensible pour un non-gnome, et que créer des "maîtrises", des "collèges", des "brevets" dans tous les sens faisait parfaitement le café.

Les nains :


Pas d'idée particulière : les nains sont un peuple très artisan, donc le compagnonnage doit prendre une part importante dans leur système d'apprentissage, je les imagine mal fonctionner avec des écoles supérieures.

La suite demain je suis fatigué - commencez déjà à réagir si vous le voulez !
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 21
Localisation : Est
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Sam 31 Mar - 0:25
Pour les gnomes, d'après le Wikiwow, ils auraient 2 grandes écoles. La Bricolo-institut et l'Université d'Arbrakham, ce dernier étant de plus grand niveau.

Donc oui, il y a sûrement des brevets, collèges ect ect.
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Sam 31 Mar - 11:23
Ah oui j'avais pas vu

Bon j'ai regardé du coup si je trouvais d'autres sources, j'en ai trouvé, je fais la liste :

- WoW RPG : il existe l'Université de Stormwind (un ancien étudiant en architecture qui est ensuite devenu membre de la Voile Sanglante)

- WoW RPG : Beve Perenolde a étudié la magie à Lordaeron City, donc il y aurait une école de magie là-bas. A mon avis, autant pas le reprendre, pour moi dans le nord les mages sont formés tous à Dalaran

- WoW RPG : l’École d'Embaumement de Colline-aux-Corbeaux (quoique me semble que ça a été validé dans Chronicles, je sais plus très bien)

- WoW & WoW RPG : l'Académie des Arts et Sciences Arcaniques : c'est l'académie des mages de Hurlevent, ils ont aussi une bibliothèque, dans le quartier des mages

- WoW : l'Ecole de Minage de Brock : c'est un nain au Loch qui apprend le métier de mineur à des nains (c'était la quête où il fallait retourner à Forgefer en griffon). Quand ses étudiants ont terminé leurs études, il leur offre une pioche avec leur nom gravé dessus.

- WoW : l'Ecole de Cuisine de Gremlock : c'est la nouvelle quête de griffon après Cata. Quand ses étudiants ont terminé, il leur offre un fendoir.

- WoW : Conservatoire des Arcanes : à Mac'Aree, donc chez les érédars.

- WoW : Flèche de Ternesoir, Académie de Falthrien : il y avait des étudiants, certainement des écoles de magie, je suppose ?

- WoW : Bricolo-institut et Université d'Arbrakham. Merci Cryne.

- Art Book de Cataclysme : Université de l'Optimisation de l'Impôt, à Kezan, chez les gobelins.

- WoW : l'Ecole des Voleurs de Lonika : ça a l'air d'être une organisation neutre, qui rejoint les Sans-couronnes à Legion

- WoW : Académie de Mennar : une académie de magie bien-née, maintenant en ruines à Azshara

- WoW : Ecole de Ruisselune : Stalvan was here.

- WoW : Académie de Nar'thalas. En ruines à Aszuna.

- WoW : Abbaye de Comté-du-nord. Forme les prêtres.

- WoW : Scholomance. Coucou Lucidà.

- WoW : Académie de Shang Xi, sur l'île vagabonde
avatar
Admin
Messages : 683
Date d'inscription : 03/12/2017
Localisation : Nord
Voir le profil de l'utilisateurhttp://odyss.forumactif.com

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Sam 31 Mar - 13:41
Hello, quelques réactions sur le Lore étendu :

- Beve fut formé à Dalaran d'après le lore étendu, j'avais effectivement fait ce choix, mais ses résultats étaient moyens, bien qu'elle ai une bonne compréhension de l'occulte. C'est son âge plus avancée qui en a fait un personnage qui pouvait deal avec les autres en S3, a âge équivalent elle était moins forte qu'un PJ. Si Beve avait eu plus de capacité d'après le rpg, elle aurait takedown son Père et son frère, mais son frère a semble t-il gagné à Vanilla si on prend Beve en compte.

- Celiora commentera sur l'école d’embaumement.

- Rajoutons sur l'académie de Hurlevent que par tradition, le recteur / doyen devient Main du Roi, c'était le cas de Nielas Aran.

- Scholomance n'est pas une école officielle de l'humanité je pense, on a repris le donjon de Caer Darrow et aménagé, mais sinon oui.

- L'école de Ruisselune doit être une école pour enfant, pas un truc vraiment académique.





_________________
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 06/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Sam 31 Mar - 17:58
Alors de mon côté, je m'y connais pas trop concernant le reste, mais je peux parler un peu du côté de Stromgarde.
Bien que faire la comparaison entre les armées de Stromgarde et les spartiates ou encore les légions romaines est amusante, dans les faits, on parle plus d'un royaume dans le style francs / saxons du Bas Moyen-Âge.

Cela correspond à plusieurs trucs qu'on peut voir ou qu'on sait via le RPG, c'est à dire un royaume assez pauvre en terme de sol :
-Il y a des champs, mais bien moins productifs qu'en Lordaeron / Hurlevent
-Pas assez de bois pour que ce soit relevant
-et du côté minier, on a très peu d'information, donc on suppose aussi que c'est pas la joie.
L'exception c'est le Bassin d'Arathie en terme de ressource, visiblement riche, mais pas de quoi à mon sens, susciter énormément de jalousie de la part de ses voisins. Donc, un royaume plutôt pauvre. On rappelle aussi qu'ils ne voulaient pas payer pour les camps d'internement, qu'on peut en partie imputer à ce manque de richesse ( et à la reconstruction en cours et aussi, évidemment, au racisme ).

On parle aussi d'un royaume très belliqueux. Ouai faut pas déconner, les gars ils claim Alterac dès qu'ils le peuvent, quittent très vite l'Alliance dès que ça va mal, et ils ont carrément des unités entières dédicacées à l'extermination d'une race, à savoir les chasseurs de trolls.

On parle aussi d'une monarchie, dirigée par les descendants d'un Général de l'Empire d'Arathor ( qui lui même ressemble à l'Empire de Charlemagne ). Dont les premiers habitants, à la dissolution de l'Empire, étaient les membres de la Garde Impériale. Et même dans le nom de la ville, Stromgarde, Garde-de-Strom, bref, il y a un gros côté militaire. Day of Dragon nous apprends même que l'armée de Stromgarde a été capable de retenir toute la Horde plus ou moins seule, ce qui indique une certaine discipline martiale ( retcon depuis, puisque la Horde a pris un autre chemin, mais j'aime garder la partie skill militaire ). Donc, militariste, autoritaire en plus.

Tout ça fait que, à mon sens, l'éducation en Stromgarde, ce n'est pas la joie, sauf pour la partie militaire. A mon sens, la plupart des habitants de l'époque ( et les quelques uns qui restent de nos jours ) ne savent pas lire, ni écrire, sauf pour ceux qui ont atteint le rang d'officier, puisque ça devient alors nécessaire, quand même. Que l'entraînement militaire commence à un très jeune âge, dans le genre jeunesse Stromgardienne onch, c'est à dire ils apprennent à vivre en groupe, comme une unité, à survivre dans les terres et à obéir aux ordres, donc en somme des scouts, en un peu plus violent. J'imagine une société assez brutale aussi, ou les plus faibles n'ont pas leur place.
Vers l'adolescence, une formation martiale continue, mais on y inclut aussi les valeurs de la Lumière. Les adolescents ont aussi un choix à faire, tout d'abord dans la section militaire vers laquelle ils veulent se diriger et aussi dans quelle section civile ils veulent, hypothétiquement, faire leur vie après le service militaire.
Car il y a un service militaire obligatoire, je dirais au moins une dizaine d'années. Ensuite, les gens ont un choix, soit ils arrêtent l'armée et partent dans le civil, tout en ayant une remise en forme de temps à autre ( des réservistes, en somme ), soit ils continuent dans la voie militaire, et font parti des régiments d'élites.
En ce qui concerne la noblesse, il s'agit plus d'une noblesse d'épée que de cape, c'est à dire qu'on devient noble grâce à ses actes et non à son sang ( donc non transmissible ). Cela donne d'éventuels avantages, un terrain plus grand, une meilleure armure, plus de libertés et justement, la possibilité d'apprendre à lire ou à écrire. On parle donc quand même d'une méritocratie.
Du côté des salaires, j'imagine tout très bas, la plupart allant au royaume pour le maintenir à flot. Et comme tous les sujets ont plus ou moins été brainwash à servir le royaume depuis l'enfance, ben ils n'ont pas trop de problème avec ça. Ceux qui éventuellement veulent se faire plus de frics peuvent demander la permission au Roi pour s'engager des compagnies de mercenaires ( Danath heeeey ), toujours au service du royaume.
Du côté magique et lumineux, j'imagine qu'ils avaient leurs propre formations de disponible, mais qu'elles étaient quand même assez médiocre, et qu'ils dépendaient beaucoup de respectivement Dalaran pour la magie et de Lordaeron pour la Lumière, respectivement.
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Dim 1 Avr - 15:26
J'aime beaucoup l'idée de faire de Stromgarde une population avec tous ceux qui ne sont pas des militaires, qui sont des réservistes. Ça annonce vraiment la couleur. Je vais juste rebondir sur quelques points.

Déjà sur l'histoire d'apprentissage de la lecture : en fait ce qui me poussait à mettre que les jeunes apprenaient la lecture et l'écriture c'est juste pour un souci de simplicité, je crois pas avoir déjà vu l'analphabétisme développé dans Warcraft (je peux avoir raté quelque chose) et ça évite de devoir justifier que n'importe quel personnage puisse lire au moins une pancarte. Même pour un simple militaire il peut être utile de savoir lire. Et je trouve que c'est essentiel d'appuyer sur le côté militariste et patriote de Stromgarde, plutôt que d'appuyer sur le côté "région pauvre du tiers-monde" (parce qu'appuyer sur l'analphabétisme, ça donne un peu cette image du royaume). Après bon c'est un point qui n'est peut-être pas si important, on partira sur du "don't ask" si on ne se met pas d'accord.

Je suis plutôt enjaillé par le fond pour le reste, même si je serais plus modéré sur certains point. L' "école élémentaire" de Stromgarde forme les gamins jusqu'à environ 10-12 ans, avec l'apprentissage de l'histoire du royaume, de la discipline, et des valeurs. Ensuite, le gamin part en apprentissage pour le métier qu'il veut faire ensuite (bucheron, forgeron, je sais pas). Et puis arrive le service militaire : selon ce qu'il sait faire ou pas, il sert le Royaume pendant plusieurs années (10 c'est beaucoup quand même, j'ai regardé le service militaire à Athènes c'était 2 ans, on peut en imaginer 4, par exemple.)

Je finis mon post plus tard dans la journée
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 06/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Dim 1 Avr - 16:34
Justement, c'est aussi le truc avec Stromgarde, qui peut expliquer en partie pourquoi d'ailleurs le royaume est tombé. ça reste un pays pauvre, comparé à Lordaeron, Hurlevent, Dalaran, Kul'Tiras et même Gilnéas. J'aime bien l'idée de l'analphabétisme parce que justement, ça accentue cette idée de l'épée plutôt que la plume et c'est assez vicieux dans le sens ou plus ton peuple est limité dans ses moyens, plus il a du mal à protester tu vois ? Car oui, il y a un côté militariste et patriote, mais faut pas non essayer de cacher les mauvais points. Après qu'ils sachent lire quelques trucs de bases et même un peu écrire, justement dans le cadre de leur formation, j'ai pas de problème.

Ensuite, j'aime pas cette idée d'école élémentaire, simplement car...pourquoi forcément une école, justement ? Je préfère cette idée d'un groupe de gamins, guidé par un tuteur, qui apprennent plus ou moins à vivre ensemble sous les conseils de l'adulte, et apprennent les histoires et les valeurs au coin du feu, plutôt qu'imaginer une salle de classe. C'est simplement différent, pas forcément moins bien que l'école, mais du coup j'aime bien avoir la distinction. J'insiste par contre sur le fait que l'entraînement commence plutôt et que alors oui, les gamins ont une enfance, mais qu'ils la perdent relativement tôt, avant 10 ans. On est à nouveau dans un régime militaire, qui n'hésiterait pas à employer des enfants soldats ( même si là, on parle simplement de les former, pas de les envoyer actuellement sur le front.
Et réduire la durée, pourquoi pas, je pencherais plus pour du 6 ans cela dit. ça fait beaucoup, mais à nouveau c'est le but.

L'idée est de montrer une différence avec les autres royaumes, mais aussi qu'avoir une armée aussi efficace et nombreuse ( forcément quand toute ta population est dedans ), ça a un coût.
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mar 3 Avr - 12:10
En fait quand je parlais d' "école élémentaire", c'était juste pour indiquer la période d'âge, pas pour dire qu'ils étaient dans des salles de classe, c'est peut être mal dit, au temps pour moi.

Je vais essayer de refaire une petite proposition, je me baserai sur 2 trucs qui m'ont donné les idées : un article wikipédia, sur l'éducation à Sparte, et sur le 2eme post du topic linké, qui parle des pandarens qui sont aussi une société de (ATTENTION GROSSES PINCETTES) "combattant" (dans le sens où chaque pandaren a appris à se battre selon l'art du moine, ça peut être une source d'idée pour une nation où tous les citoyens ont déjà fait l'armée, pendant plusieurs années)

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ducation_spartiate

https://eu.battle.net/forums/fr/wow/topic/17618152437

Petite enfance : 0 à 6 ans

Pendant la petite enfance, les enfants sont à la charge de la famille. Ils ne font pas grand chose, on s'occupe d'eux quoi.

Enfance : 6 à 10 ans

L'enfant est toujours à la charge de sa famille : chez les paysans et artisans, ils resteront avec leurs parents et apprennent les bases de leur métier ; alors que chez les plus riches et les nobles, ils peuvent disposer d'un tuteur (sévères, la plupart du temps) qui pourra leur apprendre la base des armes et de l'éducation (lettres, arithmétique, ...). La vie en commun reste importante : pour certaines fêtes dans les villages on organise des compétitions sportives où participent les jeunes enfants (notamment le jeu de la balle, où deux équipes doivent se battre pour amener une balle en cuir dans le camp adverse), ou alors des rassemblements où ils doivent écouter d'anciens combattants, des commémorations de batailles, ...

Adolescence/éducation militaire : 10 à 16 ans

Au début d'été qui suit ses 10 ans, chaque Stromgardien est envoyé dans un camp militaire. Ces camps existaient en nombre important à Arathi, souvent situés non loin d'un village pour permettre le ravitaillement.

Les 2 premières années sont communes, il s'agit d'entraînements intenses, d'athlétisme, de maniement des armes, de survie dans la nature. Ils sont tous divisés en section de 20 enfants (l'un d'entre eux étant toujours désignés comme chef de section pendant une semaine) dirigés par un sous-officier. On apprend aux jeunes à marcher en formation, à respecter l'ordre et la discipline et aussi à savoir mettre le bien du royaume toujours avant leur bien personnel. Après ces 2 années a lieu une cérémonie importante, avec de nombreuses compétitions physiques, à l'issu de laquelle les officiers de chaque camp décident du devenir de chaque enfant.

Les plus solides - et les plus à l'aise dans le milieu militaire - sont destinés à une éducation militaire encore plus stricte et poussée, pour devenir des soldats d'élite ou des officiers. Ils quittent souvent le camp leur entrainement devient beaucoup plus dur, ils ont aussi des leçons théoriques - de la stratégie, d'histoire.

Le sort du deuxième groupe n'est pas plus facile, car en plus de leur formation militaire qui continue, ils sont mis (environ la moitié de leur temps) sous la tutelle d'un bâtisseur, forgeron, palefrenier, cuisinier, soigneur, intendant, ... ou un toute autre profession utile à l'armée qui devra leur enseigner son métier. Le métier de leur parents joue beaucoup, vu qu'ils ont déjà des connaissances dans ce domaine ça aide à la répartition. Ils participent alors à l'entretien du camp, du matériel.

Le dernier groupe est composé des moins endurcis et des plus réfractaires, ils sont souvent mis au ban du camp. Leur formation militaire continu, mais elle est axée sur l'entraînement physique (pour muscler les plus fragiles) et l'obéissance (pour briser les têtes dures). On leur donne souvent les tâches les moins honorables.

Service militaire : 16 à 22 ans

Le service militaire à Stromgarde dure 6 années. Pendant ce temps, beaucoup vont aller dans les camps avancés non loin trolls pour défendre le pays, d'autre dans les camps frontaliers. Tous vont vivre leurs premiers combats à cette période.

Ensuite :

Une fois le service militaire terminé, chaque citoyen peut choisir soit de rester à l'armée, soit de la quitter. S'il fait le deuxième choix, il doit cependant continuer à s'exercer : il sera appelé tous les 6 ans (avec tous ceux qui ont un âge multiple de 6) par les officiers qui réunissent ainsi 1/6 de la milice (milice qui est en fait composée de tous les hommes et femmes de Stromgarde : seules exceptions, après 60 ans, ou alors quand les deux membres d'un couple avec un enfant en bas âge sont appelés, ou certains cas particuliers), qui sera amenée ensuite envoyée loin de chez elle pendant 6 mois, pour servir le royaume.

Place des femmes :

Même si elles sont séparées des jeunes garçons pendant les deux premières années de leur éducation militaire, elles ont le même entraînement et effectuent sur un même pied d'égalité la cérémonie à leurs 12 ans.

Quitter le service militaire :

Un jeune ayant commis une faute grave pendant son éducation ou son service militaire peut être renvoyé de l'armée. Il est alors considéré comme un paria, et méprisé par ses compatriotes, et même par sa famille. Rien a priori ne les empêche de vivre et de travailler dan le royaume, mais peu de gens acceptent d'embaucher un paria. Ainsi donc, ils choisissent le plus souvent l'exil.

Noblesse :

Mis à part pour la lignée des rois, les Trollemort, la noblesse à Stromgarde ne se transmet pas, mais s'obtient par l'exploit militaire et l'extrême dévotion à son pays. Cela dit, les enfants de nobles ont souvent pu disposer pendant leur enfance de précepteurs ou de maîtres d'arme qui leur permettent d'obtenir un grand avantage par la suite sur leurs camarades moins fortunés. Le fils d'un noble qui a fait montre d'exploit ne se voit pas donner un titre, mais pourra hériter de celui de ses parents. Quand les maîtres d'un domaine meurent sans avoir d'héritier, ce domaine est placé en tutelle par le royaume avant d'être à nouveau confié à un noble.

Chaque noble possède ainsi un terrain, plus ou moins grand, parfois avec un village. Son rôle est de veiller à l'application des lois, mais aussi à la conscription et à l'éducation des jeunes. Si son travail est mauvais, son domaine peut lui être retiré.

Edit : Conséquences :

L'économie de Stromgarde toute entière est tournée vers la guerre : on ne forme pas de marchands à l'armée, mais uniquement des artisans et des combattants. Ainsi le pays n'établit que peu d'échanges avec ses voisins et importe certains biens manufacturés. Le peu de matières premières que le royaume possède ne permet pas de renverser la balance. Cependant, le royaume n'est cependant pas un pays d'incultes : on y trouve par exemple le siège de l'organisation des Conservateurs, qui se dédit à la préservation des artefacts et chroniques humaines.



Bon je suis à cours d'inspi et de temps, je continuerai peut-être plus tard si j'ai d'autres idées. J'attends ton avis Xarim du coup.
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 06/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mar 3 Avr - 13:27
Très sympa, j'aime beaucoup et j'ai rien à redire. Du point de vue d'un allié / voisin, cela reste un système assez barbare et peu "avancé", d'un point de vue éducatif, tout en étant différent et faisant du royaume une menace suffisante pour expliquer que le royaume existe toujours quand il y a Kul'Tiras et Lordaeron à côté, où même les nains, si on y est.
Les conservateurs sont clairement un héritage de la Garde Impériale à mon sens, qui souhaite à conserver l'histoire de l'Empire et des Royaumes humains, ainsi que leurs artefacts.

Pour les autres races, en y réfléchissant, j'ai surtout un problème, c'est au niveau des âges justement. Les elfes sont immortels ( en tout cas, au moment de leur éducation, ils l'étaient ), donc faire ça à ça de 0 à 6 ans ça serait bizarre. Après on peut toujours utiliser les adjectifs "jeune" "adolescent" etc. mais faudra quand même avoir une idée du nombre d'années que ça représente.
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 24
Localisation : Cherbourg
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mar 3 Avr - 17:06
Concernant le Kirin Tor, je verrais plusieurs façons de le rejoindre en tant qu'étudiant.

Tout d'abord, pour remettre les choses dans leur contexte, le Kirin Tor était une secte quasi impénétrable par les non-initiés jusqu'à Wotlk au moins - le jour du dragon et l'ascension du roi-liche nous montrent bien ces facettes là de mémoire. Par conséquent, je doute que n'importe quelle famille humaine, surtout celles de basses extractions, pouvaient prétendre envoyer leur descendance étudier à Dalaran ; or c'est bien "l'embrigadement" des jeunes gens, leur conditionnement en tant que futur mage façonné pour servir le Kirin Tor qui fait fonctionner les rouages séculaires du royaume magique. Puisque le Kirin Tor a sans cesse besoin d'alimenter ses écoles en nouvelles générations d'étudiants prêts à le servir, j'imagine bien que des sorciers mandés par le Ministère des Universités sillonnaient les campagnes des royaumes humains - exceptées celles de Hurlevent peut-être à cause de l'influence des conjurateurs ? - à la recherche d'élèves potentiels. Ces agents négociaient ensuite avec les familles des jeunes gens pour les emmener avec eux à Dalaran, promettant une compensation financière par exemple pour cette main d’œuvre potentielle en moins. L'aura de ces sorciers et la crainte qu'ils suscitent chez le commun rendaient les refus quasi inexistants, et puis les familles des heureux élus se sentaient honorées de compter parmi eux un de ces mages mystérieux et redoutés. Si on veut appuyer l'aspect sectaire et terrifiant du Kirin Tor, on peut insinuer que des enfants particulièrement prometteurs dont les familles refusaient de se séparer ont un jour mystérieusement disparu.

On a l'exemple de Jaina parmi la haute noblesse, la royauté même, qui n'a eu aucun problème apparent à rentrer au Kirin Tor - bien sûr, instruire et influencer une fille de roi était une affaire politique de poids, mais ça permet de suggérer que le Kirin Tor acceptait volontiers les enfants issus de l'aristocratie et qui pouvaient renforcer son emprise sur les autres royaumes. On peut donc facilement concevoir que des descendants de personnages influents se voyaient accepter l'instruction magique malgré une "base", un "potentiel" magique moins enraciné que ceux que le Kirin Tor admettait d'ordinaire dans ses rangs. Bien sûr, le laxisme des mages était sûrement proportionnel avec l'importance des parents sur la scène politique.

Concernant l'éducation à la cité violette, je caractériserais une fois de plus une instruction privilégiée et onéreuse par l'apprentissage, et une autre, gratuite mais plus inégale, par l'enseignement à l'université. Pour sauvegarder les apparences "démocratiques et libertaires" de la Magiocratie, tous les étudiants seraient inscrits à l'université, mais les plus aisés profiteraient en parallèle des leçons d'un mentor dont le prestige au Kirin Tor serait un reflet de leur propre condition sociale - ceci afin de toujours mieux "conditionner" ces élèves importants. Le Kirin Tor n'a pas vocation à faire échouer ses élèves moins prestigieux cependant et assurerait à l'université une éducation convenable prodiguant les bases aux moins doués et poussant les autres à se dépasser. Une multitude de bibliothèques seraient ouvertes et mises à disposition des étudiants pour leurs recherches et une meilleure compréhension de la magie.

Je ne serais pas non plus surpris que le Ministère des Universités et de la Recherche magique raisonne par paliers, avec des diplômes délivrés pour chacun, et des "masters", ou spécialisations, menant vers d'autres écoles de la cité. Ainsi on aurait la fameuse "licence" pour les études les plus courtes, puis au bout de 5 à 6 ans de formation l'élève décrocherait son diplôme de sorcier, correspondant donc à un niveau de connaissance convenable mais loin d'être extraordinaire. Ceux qui souhaiteraient continuer se dirigeraient vers des formations de transmutateur, illusionniste, alchimiste, voire mage de bataille et agent de Tirisfal pour les plus remarquables, ce qui allongerait leur cursus de 2 à 3 ans au moins. Enfin, pour les férus de théorie, la recherche s'ouvrirait à eux au Ministère - même si tous les mages sont plus ou moins chercheurs, ceux-ci dédieraient tout leur temps à la découverte de nouveaux sortilèges, la localisation d'anciennes reliques ou de lieux oubliés.

L'étude et l'usage de la magie arcanique ne seraient pas les seules matières à être enseignées : il y aurait aussi l'histoire, dont celle connue des quel'dorei, la "géopolitique", ou les enjeux politiques particulièrement aigus dans les royaumes de l'est, la botanique, la calligraphie, etc. Il existerait même une formation de prêtre au Diocèse de Dalaran après le cursus commun à l'université, assurée par l’Église de la Lumière mais surveillée de près par le Sénat, car le Diocèse de Dalaran est le seul dont l'évêque n'est pas nommé par l'Archevêque mais par une autre institution qui s'est arrogée le droit de regard sur toutes ses activités. Quant aux "magies interdites", l'étude théorique de la nécromancie, sous bonne vigilance et en s'assurant qu'il ne soit donné aucune clé aux étudiants pour approfondir son enseignement et encore moins la manipuler, est autorisée par le Ministère. La magie gangrenée, elle, est complétement proscrite, et les élucubrations de Nathalie Seline sur l'ombre sont répudiées et condamnées. En soi, on peut même imaginer que tout s'enseigne au Kirin Tor, tant les domaines brassés par le Ministère des Universités sont vastes.

Pour synthétiser, il y aurait donc, par l'apprentissage et/ou l'enseignement à l'université, la possibilité de devenir sorcier au bout de 5/6 ans. Ensuite, les résultats aux examens canalisent les meilleurs vers les filières les plus réclamées et les plus prestigieuses (mages de bataille, agents récupérateur, agents de Tirisfal - à moins que ces-derniers soient sélectionnés officieusement par Valens et Jagar avec l'accord du Conseil des Six) et les autres vers les plus courantes (alchimiste, calligraphe, enchanteur, transmutateur, abjurateur, etc). Enfin, n'importe quel mage du Kirin Tor pourrait passer un concours, chaque année par exemple, afin de prétendre au titre d'Archimage. L'examen vérifierait si le mage maîtrise effectivement, en pratique comme en théorie, au moins 5 des 6 écoles magiques conventionnelles - mais là, les relations et la carrière politique du mage pourraient pencher dans la balance, car si la qualité d'Archimage prouve qu'il a d'excellentes capacités, c'est avant tout un siège au Sénat des mages qu'il obtient en le devenant.
avatar
Admin
Messages : 153
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mar 3 Avr - 19:14
les élucubrations de Nathalie Seline sur l'ombre sont répudiées et condamnées. En soi, on peut même imaginer que tout s'enseigne au Kirin Tor, tant les domaines brassés par le Ministère des Universités sont vastes.

D'accord sur tout le post mais pas ça, Khadgar a fait des recherches sur le vide ( CF le grimoire de Vanilla écrit de sa main ), et la rune d'Ombre est enseignée aux élèves par le KT ( Cf quête légion )

_________________
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 24
Localisation : Cherbourg
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mar 3 Avr - 23:47
Dans l'histoire de Xal'atath, le Kirin Tor surveille Natalie Seline et part à la recherche du moindre de ses écrits à sa mort pour les dissimuler "en espérant que sa doctrine disparaîtra avec elle", du coup même si je suis d'accord avec ce que tu cites (je ne me souviens pas par contre de la rune d'ombre, tu pourrais me link la quête stp ?), il y a au moins un malaise à l'égard de cette magie je pense et la volonté de s'en prémunir. Après, certaines filières pourraient avoir des "cours contre les forces du mal" et voir le vide, le fel, la nécromancie à l’œuvre. Je me disais aussi que les étudiants du Kirin Tor pourraient être de potentiels diplomates avec le cursus qu'ils suivent, un atout que le Sénat n'hésiterait pas à utiliser pour parsemer des agents dans les cours des royaumes humains (d'où l'ambassadeur qui propose la mise sous quarantaine des régions infectées à Terenas).
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 06/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 0:01
Parlons de l'éducation en Alterac. Mdrrr.

Pour Lordaeron, j'imagine que ça devait être la même qu'Hurlevent, d'une meilleure qualité en revanche ( pour l'enseignement supérieur, en tout cas ), s'expliquant par l'ancienneté, la richesse et la taille du royaume. Je parle bien d'études supérieures, ici. En rapport avec ce que dit Lucidà, j'imagine qu'actuellement Lordaeron devait être le royaume qui offrait actuellement le meilleur cursus diplomatique ( et vu les autres races, probablement d'Azeroth ) par ex.

Globalement, concernant les humains, en terme les top "académies" à mon sens et je parle bien des académies humaines, celle des autres races peuvent très bien être supérieures  :
Dalaran : Magique, Finance ( on parle ici des banques )
Kul'Tiras : Commerce, Naval ( tout ce qui concerne le naval, des vaisseaux marchands aux batailles navales )
Stromgarde : Formation militaire ( Discipline, Infanterie, etc. )
Alterac : Assassinat, Vol, Brigandage, Traîtrise
Gilnéas : Lâcheté, Couardise, Noskill, Fail. Sans troll, Ecole d'Artillerie ( Canon, et surtout armes à feu )
Hurlevent : Artisanat ( Guilde des maçons, le fait que le royaume est en pleine expansion contrairement aux autres),  Formation d'officiers ( Lothar rpz, les chevaliers )
Lordaeron : Economie, Diplomatie, Lumière,  Arts, Scientifique ( pourquoi ici et pas Dalaran ? Car j'ai quand même l'impression que les humains opposent science et magie, contrairement aux gnomes par ex )

Pourquoi Gilnéas n'a aucun quasiment top tiers ? Pour Alterac, ça semble évidemment. Pour le coup, je vais faire mon liberal fag, et pointer l'isolationnisme Gilnéen, qui existait me semble t-il, même avant le mur. Or, pouvoir attirer des talents de partout participe à la qualité d'une école et sa renommée. Peut-être architecture, à la limite ? Même si ça je l'accorderais aussi plus à Hurlevent, dans Artisanat. Là ou Gilnéas se contente de ses acquis, Hurlevent doit tenter de faire avancer les choses, puisqu'ils sont en pleine construction / reconstruction.
J'oublie sûrement des trucs, et je me trompe probablement sur certains.
avatar
Admin
Messages : 153
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 4:10
Tu passes à côté d'un détail Lucidà, on est à Vanilla, on sait même pas ce que c'est un DTA, la méfiance est largement réduite au sujet de l'ombre !

_________________
avatar
Admin
Messages : 683
Date d'inscription : 03/12/2017
Localisation : Nord
Voir le profil de l'utilisateurhttp://odyss.forumactif.com

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 10:19
Je vois le genre, c'est un peu la brèche que j'avais utilisé pour justifié Crystus la dans Odyssée. Aujourd'hui Crystus se ferait tué ou mis au fort pourpre par précaution juste pour son teint non charlie. Mais comme il a étudié la Nécro et pas franchis le cap des années avant l'invasion Orc, il n'y avait ni les DK premières guerre, ni Kel Thuzad, ce qui explique une forme de tolérance. (Avec le fait que le fort pourpre a actuellement d'autres chats à fouetter)

J'ajouterai Alchimie ensuite à Dalaran, sinon. Du fait que Antonidas avec ses équipes avaient quasiment niqué la peste de Kel Thuzad dans le lore.

_________________
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 24
Localisation : Cherbourg
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 10:31
Je pense que tant qu'on restait dans le domaine de la théorie, le Kirin Tor pouvait regarder ailleurs, mais si le mage mettait ces savoirs en pratique, l'organisation réagissait au quart de tour dès lors qu'elle en avait connaissance. Antonidas a bien menacé Kel'Thuzad de l'exclure du Conseil des Six et de l'accuser à Lordaeron s'il continuait de mener des expériences sur des rats.

Je me faisais une réflexion par rapport à ce que j'ai écrit précédemment : si un archimage accède à cette fonction en maîtrisant 5 des 6 écoles de magie exceptée la nécromancie, comme le stipule wowpedia je crois (je n'y ai pas accès là), et qu'il obtient d'emblée un siège au Sénat, alors c'est en contradiction avec ce que j'avais écrit dans le lore étendu sur les institutions de Dalaran à propos des élections des Sénateurs. En fait, je me demande si c'est mieux d'abandonner l'aspect démocratique avec ses nuances politiciennes et de faire du Kirin Tor une pure méritocratie, ou bien de le conserver au contraire mais d'avoir des archimages qui ne soient pas forcément Sénateurs, et vice versa.
avatar
Admin
Messages : 683
Date d'inscription : 03/12/2017
Localisation : Nord
Voir le profil de l'utilisateurhttp://odyss.forumactif.com

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 11:00
Kel Thuzad a ce moment la avait t-il déjà vécu la seconde guerre ? Car la Horde utilisait la nécromancie.

_________________
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 24
Localisation : Cherbourg
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 11:16
Je suppose que oui, pour être archimage au conseil des six.
avatar
Admin
Messages : 683
Date d'inscription : 03/12/2017
Localisation : Nord
Voir le profil de l'utilisateurhttp://odyss.forumactif.com

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 11:19
Donc on plaisantait déjà moins à cette époque, les Chevaliers de la mort première guerre sont passés par la.

_________________
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 06/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 20:56
Tiens Alchimie j'hésiterais à le foutre plutôt à Gilnéas ? Sachant que la première peste était de nature magique, et non alchimique contrairement à la Peste réprouvé et qu'il me semble qu'il y a quelques PNJ alchimistes à Gilnéas.
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mer 4 Avr - 21:46
Lucidà a écrit:Concernant l'éducation à la cité violette, je caractériserais une fois de plus une instruction privilégiée et onéreuse par l'apprentissage, et une autre, gratuite mais plus inégale, par l'enseignement à l'université. Pour sauvegarder les apparences "démocratiques et libertaires" de la Magiocratie, tous les étudiants seraient inscrits à l'université, mais les plus aisés profiteraient en parallèle des leçons d'un mentor dont le prestige au Kirin Tor serait un reflet de leur propre condition sociale - ceci afin de toujours mieux "conditionner" ces élèves importants. Le Kirin Tor n'a pas vocation à faire échouer ses élèves moins prestigieux cependant et assurerait à l'université une éducation convenable prodiguant les bases aux moins doués et poussant les autres à se dépasser. Une multitude de bibliothèques seraient ouvertes et mises à disposition des étudiants pour leurs recherches et une meilleure compréhension de la magie.

J'ai pas encore pris le temps de bien tout lire mais je verrai sans doute un truc à rajouter au poste de Lucidà : les âges.

On est déjà parti sur l'idée de l'unversité de Dalaran mais j'imaginais plutôt quelque chose de très large, pas de séparation entre primaires, collège, lycée et université, tout serait réuni en un seul établissement mais les enfants commenceraient plus tard, genre 12 ans. Avant cet âge, il y aurait l'idée d'un précepteur pouvant prendre plusieurs élèves ou se concentrer sur un seul si les parents de l'enfant sont riches.


Pour la partie sur "qui a des facilités d'accès", il me semble évident que les nobles des autres royaumes étaient des hôte(ages) de choix pour les jeunesses kirin torienne. Mais je me demande aussi s'il n'y avait pas une espèce de favoritisme aussi pour les familles pures souches avec tous les guillemets que ça implique. Ca reste une saloperie d'oligarchie Dalaran.
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Sam 7 Avr - 22:09
J'ai eu quelques idées pour les nains (Barbe-de-Bronze / Forgefer, du coup), j'aimerais avoir votre avis pour le principe.

Petite enfance :

Lors de la petite enfance, les nains sont élevés par leurs parents. Pour les grandes familles / clans, les enfants sont souvent mis ensemble très tôt.


Enfance :

Les nains ont un service d'éducation court, mais perfectionné et efficace. Des professeurs sont recrutés par un organe publique dépendant du Sénat, et sont envoyés dans les écoles des différents quartiers de la ville et des villages du royaume de Forgefer pour donner des cours aux jeunes nains : lecture, écriture, mathématiques, histoire, ... Toute la culture et le savoir élémentaire nain est inculqué à la jeunesse. A la fin, les élèves sont sanctionnés par un examen, qui leur octroie le Brevet de Scolarité Élémentaire.


Adolescence :

Une fois leur BSE en poche, les jeunes doivent alors trouver un maître qui pourra lui enseigner son métier. Plusieurs voies sont ainsi disponibles :
- il peut devenir l'apprenti d'un membre de sa famille. Si c'est un artisan, il travaillera avec lui et apprendra son art ; si c'est un savant, il l'aidera pour les tâches de son métier et il recevra des leçons ; si c'est un prêtre, il devra s'occuper du temple en plus d'apprendre auprès du prêtre ; etc. La relation maître/élève est très importante ici.
- autre solution, ses parents (ou lui) peut aller à la Corporation d'un corps de métier, où il pourra savoir qui sont les maîtres qui cherchent actuellement un apprenti.
- enfin, il existe aussi quelques écoles. Celles-ci sont plutôt petites en général, pas plus d'une quarantaine d'étudiants. Y travaillent souvent des maîtres renommés (une équipe qui peut aller de un à une dizaine de professeurs, selon les écoles) qui ont préféré se consacrer entièrement à former des élèves.


Corporations :

A Forgefer, ces organismes sont des regroupements de travailleurs d'un même secteur : par exemple, le "Syndicat royal des tailleurs de pierre". Ils sont reconnus par le Sénat, définissent les règles de leur profession, font autorité dans les conflits entre deux artisans du même corps, peuvent aussi soutenir des artisan en difficulté. Ils prélèvent un impôt sur leurs membres, peuvent aussi "bannir" un artisan de la profession, ce qui lui interdit d'exercer son métier dans le royaume. Les dirigeants de chaque Corporation sont élus par les membres de cette corporation.

En gros, ils agissent comme "figure d'autorité" (morale et aussi non-morale) pour leur métier.

(Donc, un mélange entre un peu des guildes ou corporations médiévales, et des Ordre de métiers qui existent aujourd'hui, dans l'idée)


Bibliothèque Royale de Forgefer :

La Bibliothèque est le plus grand lieu d'accumulation de savoir et de culture naine. On y trouve de tout : des traités de forge, des livres d'histoire, des compendium de cuisine, des recueils de poèmes, ... Tout le savoir des nains y est entreposé. Elle est dirigée par le Grand Bibliothécaire, nommé par une commission du Sénat. Il est en étroit contact avec les dirigeants des Corporations : la pertinence et la justesse de chaque livre est discutée par des groupes d'experts, commissionnés par les Corporations.

Le Musée de Forgefer et la Ligue des Explorateurs font partie de la la Bibliothèque : ils sont respectivement dirigés par le Conservateur et le Grand Explorateur.


Métiers militaires :

Chaque nain, à partir de l'âge où il est sensé quitter l'école, peut s'engager à l'armée. Les plus jeunes seront formés jusqu'à qu'ils deviennent des adultes, les autres seront formés le temps qu'il faut. Une fois les formations de bases acquises, ceux qui le souhaitent peuvent, par un circuit interne, demander à être placé en école de sous-officier, puis d'officier.




Bon, on sent que j'étais un peu à sec sur la fin, j'aimerais vos retours.
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Dim 8 Avr - 0:16
Autre point rapide, parce que je sentais que ça commençait à dériver un peu : le but n'est pas tellement de spécifier quel royaume est bon et sur quel point (ce n'est pas inintéressant, mais ce n'est pas l'objectif), mais de savoir comment il organise le savoir et l'éducation.

Pour Lordaeron, Gilneas, Kul Tiras ainsi que Hurlevent, je pense qu'ils doivent suivre un modèle environ commun avec école, puis ensuite soit apprentissage, soit université. Stromgarde tout l'apprentissage des métiers passe par l'armée, et ensuite par la tour d'Arathor pour les mages / les Conservateurs pour les lettrés. Alterac, je ne sais pas vraiment ce qui pourrait coller avec le headcanon.

Peut-être un service militaire pour Gilnéas ? Ca collerait bien avec le côté isolationniste, je trouve, et puis ils sont sensés avant Warcraft 2 être devenus une force importante (la flemme de retrouver les sources) et Genn est convaincu que son armée peut vaincre les orcs easy peasy (même si ça aurait certainement pas été le cas je pense)
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 06/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Dim 8 Avr - 2:35
Gilnéas s'est fait btfo par le Fléau comme une sale merde en une seule bataille. C'était dégueulasse d'un point de vue tactique et stratégie, et du coup visiblement les soldats c'était pas le top non plus.
avatar
Admin
Messages : 90
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

le Mar 24 Avr - 0:21
J'avais commencé un truc sur Gilnéas, malheureusement un reload impromptu arriva et mon texte finit tout effacé, donc peut-être demain.
Contenu sponsorisé

Re: [Discussion lore étendu] L'enseignement et l'apprentissage dans WoW

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum