Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 111
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Enquête à Austrivage : Péripéties de Soap

le Ven 4 Mai - 1:06
Soap était assis au milieu d'une pièce humide sans fenêtre. Enchaîné à une chaise, inconscient et totalement nue, le soldat avait un bandeau sur les yeux. Son visage boursouflé et ensanglanté pendait, son menton touchant le haut de son torse.

Le franc-tireur avait un don pour se mettre dans des situations complexes. Aussi longtemps qu'il peut se rappeler, Soap avait toujours été dans les mauvais coups ou au mauvais endroit. Cette fois, il l'avait cherché.
Pallegina lui avait seulement dit d'enquêter sur un réseau de contrebande qui sévissait à Austrivage et qui pourrait à terme nuire aux accords commerciaux d'Odyssée dans la région. La dirigeante lui avait ordonné d'appeler des renforts lorsqu'il aurait une identification précise des commanditaires et de ne surtout pas se mettre en danger.

Soap avait enquêté mais avait omit les renforts. Il le regrettait sûrement un peu maintenant emprisonné à poil comme un con au milieu de nul part.

Il était retenu par des contrebandiers, des humains et des nains principalement, qui avaient organisé un réseau pour acheminer, dérober et vendre des artefacts ou bijoux aux propriétés magiques. Ses investigations l'avaient mené au bon endroit mais étrangement, ces derniers avaient été informé que le tireur se pointait. Cette information, peu de personnes à Austrivage la connaissait. Mais il s'était quand même fait balancer.

Soap se réveilla en sursaut alors que la porte de sa cellule grinça horriblement.
avatar
Messages : 111
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Enquête à Austrivage : Péripéties de Soap

le Sam 5 Mai - 0:36
Un sauvetage inattendu


C'est avec hâte qu'un homme pénétra dans la cellule. Il referma rapidement la porte derrière lui, avant de la verrouiller. Soap resta immobile sur sa chaise. Le soldat pouvait entendre la respiration saccadée et anxieuse du nouvel arrivant.

«  - Putain .. merde... » chuchota le contrebandier.

Ce dernier s'éloigna doucement la porte blindée tout en chargeant son espingole les mains tremblantes. L'homme fit tomber une balle au sol. Une seconde après, une explosion retentie juste au dessus d'eux.

De la poussière tomba sur Soap toujours enchaîné.


- «  Putain.. putain ! *lança le contrebandier paniqué*
- Tatie Suzanne a oublié de couper le gaz ou vous êtes attaqué ? *tenta Soap pour espérer détendre l'atmosphère*
- Ta gueule toi !
- Ok, ok. Qui … "


Soap s'interrompit alors que plusieurs cris se firent entendre à l'étage. Des coups de feu résonnèrent jusqu'au sous sol ainsi que des bruits de combat. A défaut de pouvoir se libérer de ses liens, le soldat tenta d'isoler les différents sons pour déterminer l'origine des assaillants. Des voix d'hommes agonisant, suppliant pour leur vie, des lames s'entrechoquant, des tirs et... le tintement si particulier d'une déflagration arcanique.

Soap pensa forcément à Odyssée avant de rapidement se rappeler que personne ne connaissait sa position. L'Alliance ? Surement pas dans un endroit aussi reculé. Le syndicat ? Aussi loin d'Alterac, cela serait une surprise.  La Horde ou des mercenaires ? Ces deux options étaient viables.

Le soldat songea à demander au contrebandier de le libérer, il abandonna cette idée. Les personnes qui attaquaient la cache semblaient ne laisser aucun survivant. Le fait d'être prisonnier pouvait être un avantage pour ouvrir des négociations.

Un cadavre désarticulé vint s'écraser contre la porte blindée après avoir lourdement chuté dans les escaliers. Le contrebandier arma son fusil. Même les yeux bandés Soap pouvait sentir les tremblements rendant sa ligne de tir aussi fiable qu'un Marlack.

Un silence s'installa, interminable et angoissant. Ce dernier était interrompu par la respiration saccadée du tireur apeuré. La poignée de la porte tourna doucement, dans un grincement oppressant.
Le seuil s'ouvrit peu à peu. Une fois le mur en face de la cellule visible, le contrebandier tira ses deux cartouches. Personne ne se trouvait dans l'ouverture.

Deux secondes passèrent, la pièce demeurant dans un immobilisme total. Avant même que le criminel ne puisse dire un mot ou recharger, le bruit de deux lames pénétrant la chair se fit entendre. Le contrebandier hurla avant que son assassin retire violemment ses deux armes pour l'éviscérer.

Soap resta figé sur sa chaise. Il entendit les pas de deux personnes s'approcher de lui et tenta un risqué :


- Salut ? Il fait un peu froid aujourd'hui, non ?

Aucune réponse puis... une voix féminine. Elle s'exprimait en Kaldorei sur un ton arrogant, hautain, crachant presque ses mots. Une voix masculine calme et posée lui répondit. Les deux elfes échangèrent quelques phrases ainsi, tournant autour du prisonnier.

Le soldat humain senti le métal froid d'une lame se poser contre sa gorge. Ils semblaient débattre sur le sort de Soap, la voix féminine ne voulant visiblement aucun survivant. Le franc-tireur saisi sa chance, il fallait tenter de s'expliquer avant de finir les tripes à l'air.

- Doucement, doucement. Je m'appelle Soap. Je suis un … soldat de la 7ème Légion de l'Alliance. J'ai infiltré ces contrebandiers... ou plutôt essayer de les infiltrer. J'ai mon emblème dans une poche cachée de mon manteau qui doit se trouver dans la pièce.

La kaldorei s’esclaffa. Son partenaire répondit alors dans un commun marqué par un fort accent :

- Est-ce de l'humour ou es-tu simplement pitoyable, l'humain ?
- Je … tente juste de relativiser un peu.


La voix masculine demanda à l'elfe hautaine de fouiller le long manteau bleu qui se trouvait derrière le prisonnier. Soap ressenti sa frustration quand elle retira la lame  de son cou, forçant très légèrement sur la peau.

- La poche cachée est cousue, manche intérieure droite.

La kaldorei sembla comprendre les paroles de l'humain. Elle s'exécuta, tomba sur des plaques militaires puis les lança en direction de son partenaire.

- Tu sembles en effet dire vrai humain. Que fait un soldat de la 7ème si loin de son régiment ?

Soap réfléchit un instant avant de répondre.

- Je suis... en mission d'infiltration, comme je vous l'ai dit.
- Je l'ai bien compris ça. La 7eme n'est pas censée être l'élite de votre Alliance ? Pourquoi s'intéresser à de simples contrebandiers perdus dans le nord ?


Le franc-tireur tiqua, toujours aveugle sous son bandeau. Son interlocuteur était loin d'être con mais il n'était pas à considérer comme un allié surtout après la façon qu'il avait eu d'exprimer « votre Alliance ».

- C'est confidentiel.
- Tu vas devoir pourtant délier ta langue car ma partenaire n'attend qu'une chose, te tuer et se téléporter.
- Je.. J'ai infiltré un projet de colonisation sous ordre de l'Alliance. La mission que j'effectue ici doit m'aider à obtenir leur confiance.


La kaldorei vociféra. Même s'il ne comprenait pas, il était clair que le prisonnier se faisait insulter. Le ton monta entre les deux elfes. Soap décida de reprendre la parole.

- Je vous dis la vérité ! Putain, sérieux ! Je suis à poil, ligoté à une chaise avec un bandeau sur les yeux. Vous pensez vraiment que je suis en position pour vous mentir ? Je tiens pas à mourir dans une cellule glauque avec des fantasmes SM !

Le silence reprit ses droits un court instant dans la cellule. Les kaldoreis échangèrent à nouveau quelques phrases. Soap sentit ses liens se dénuer et son bandeau tomber. Malgré la faible lumière présente, il ne put ouvrir tout de suite ses yeux.

Le soldat secoua sa tête, se leva et attrapa dans un réflexe aveugle le manteau que venait de lui jeter la kaldorei. Elle était grande, fine et la peau recouverte de tatouages arcaniques. L'elfe portait une tenue légère sombre, deux lames elfiques magiques et des lunettes d'ingénieur, ce qui était peu commun pour cette race. La Bien-née fixa un long moment l'humain, un profond mépris pouvant se lire sur son visage. A ses cotés se trouvait l'autre kaldorei. Musclé, sur de lui, mais semblant aussi plus âgé. Les deux partenaires avaient des traits similaires, tout comme leurs tatouages raciaux.

Soap enfila son manteau pour cacher ses parties puis relança la conversation :


Merci... je crois ? Je peux vous poser une question ? *sans attendre la réponse, il continua*
- Qu'est ce que deux Biens-nés foutent en Lordaeron et massacrent des contrebandiers de seconde zone ?
- Tu ne poses pas les questions ici humain ! *rétorqua la Bien-née*
- Ma sœur. Ces insectes ont dérobé un bien qui nous appartient. Nous étions ici pour le retrouver mais il …
- … n'est pas là ? *termina Soap*
- Oui.
- C'est une cache secondaire ici. Ces manches me l'ont avoué lorsqu'ils m'interrogeaient. Je ne connais pas la position de leur principal entrepôt mais je sais où chercher.
- On ne collabore pas avec des êtres inférieurs ! *s'exclama la mage elfe*
- Soeur, laisse le terminer.
- On.. peut s'entraider. Je dois réussir cette opération pour parvenir à avancer dans ma mission et vous devez retrouver votre.. truc ?
- Qu'est ce qui nous dit que notre bien se trouve dans cette cache principale ?
- Absolument rien. Mais si ces cons ont effectivement une chose qui a fait rappliquer ici deux biens-nés, elle est certainement dans leur entrepôt le mieux gardé.


Les deux arcanistes se regardèrent un instant, semblant obtenir l'approbation de l'autre. Ils jetèrent plusieurs regards inquisiteurs à l'humain en face d'eux avant que le frère ne finisse par hocher la tête.

- Bien. Prend tes affaires et on sort. Tu vas fouiller l'étage à la recherche d'indice. Nous allons préparer le portail. *ordonna le mage*
- Le portail ? Je dois.. signaler à mon...
- Ce n'est pas négociable humain.
- Heu.. ok.


Soap se dirigea vers ses affaires. Alors qu'il enfilait son pantalon il pose une dernière question aux deux mages qui passaient la porte.

- Je suis Soap. Et vous ?
- Ileandir et elle, c'est ma sœur, Jouk.


Spoiler:
avatar
Messages : 111
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Enquête à Austrivage : Péripéties de Soap

le Lun 7 Mai - 22:34
Soap se réveilla plus tôt que les deux kaldoreis qui l'accompagnaient maintenant depuis 3 jours. Il se leva du canapé luxueux qui lui servait de couchage. Le soldat se dirigea vers la table du salon et attrapa un pichet rempli des restes de jus de fruits de Ileandir. L'appartement était richement décoré, qualifié d'excentrique pour les humains et surement aussi pour la culture actuelle des elfes de la nuit. La magie était partout, pot de fleurs lévitant, lumières arcaniques, nourritures invoquées... L'humain logeait chez des Biens-nés, c'était indéniable. La fratrie devait vivre ici depuis quelques années. Leur relation était particulière, ils passaient leur temps à se disputer mais ne pouvaient clairement pas vivre l'un sans l'autre. Les deux mages étaient des vestiges d'un passé lointain, des parias. Le colon avait eu du mal à saisir ce que les deux biens nés pouvaient tant désirer à des contrebandiers de seconde zone avant de tomber par hasard sur les recherches de Jouk. Cette dernière semblait faire des recherches approfondies sur les titans. Son frère Ileandir, était plus un nostalgique. Une chose était sûre, les larrons avaient énervé un des deux elfes en lui dérobant quelque chose et ils allaient en payer le prix fort.

Soap sortit de ses pensées et approcha de l'immense fenêtre qui offrait une vue imprenable sur les montagnes d'Alterac. Jamais il n'aurait envisagé que des Biens-nés puissent se cacher ici. En y réfléchissant, c'était un lieu reculé, abandonné, ajouté à cela un sort de dissimulation permanent et les chances de se faire repérer étaient quasi nulles.

Le franc-tireur termina son verre en admirant la vue avant de sourire face à sa situation actuelle. Pallegina et les autres ne le croiraient probablement pas. Odyssée... ça faisait deux mois. Étrangement, au fond de lui, il espérait que tout le monde se portait bien là bas. Le voilà qui devenait sentimental...

La porte d'une des chambres tourna doucement. Jouk en sortie, habillée d'une léger voile. La mage claqua des doigts pour fermer derrière elle avant de jeter un regard méprisant à Soap.


- Heu.. Bonjour ?

La Bien-née détourna les yeux et sans répondre alla dans la cuisine, laissant l'humain légèrement con. Le franc-tireur la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle quitte la pièce. Jouk était attirante. De plus, Soap avait toujours eu un faible pour les races exotiques et encore plus pour les arcanistes.

Le soldat poussa un long soupire puis alla se préparer. Ils avaient encore du pain sur la planche. Les investigations pour localiser la cache principale des contrebandiers s'avéraient plus compliquées que prévu. Jouk n'était pas vraiment patiente et les sbires de bas étage ne possédaient pas une telle information. Après plusieurs échecs, le groupe était parvenu à faire cracher le morceau à un clampin. Un de leur lieutenant fréquentait souvent une taverne du coin. C'était la prochaine étape.
avatar
Messages : 111
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Enquête à Austrivage : Péripéties de Soap

le Sam 26 Mai - 18:56
Soap était au milieu d’une chapelle abandonnée, adossé contre un énorme pilier porteur en pierre. Les balles, projectiles arcaniques et flèches fusaient dans sa direction pour s’écraser contre sa couverture improvisée. Le soldat était accroupi et tenait ses deux pistolets à hauteur de sa tête. Il était clairement bloqué, cerné, ne pouvant pas laisser dépasser la moindre parcelle de son corps sous peine de se faire blesser.

«  Il faut que tu fasses diversion Soap », « ne tant fait pas tout va bien se passer », « le gros des sbires iront vers nous ».

« Enfoirés d’elfes » pensa t’il. La diversion devait leur permettre de chopper leur artefact pour ensuite revenir terminer le boulot en s’occupant des malfrats qui refuseraient de se rendre. Jouk et Ilendi s’étaient peut-être bien foutus de sa gueule. Il allait peut même crever ici, comme une merde, dupée par une bien-née arrogante et son frère.
Les secondes défilaient et le bruit des projectiles se logeant dans le pilier ne s’arrêtait pas. Soap devait tenter quelque chose ou au moins en emporter plusieurs dans sa tombe. Le soldat vérifia les chargeurs de ses deux revolvers puis expira doucement pour se donner du courage.

« Allez-vous faire foutre ! » L’artilleur jeta sur sa droite son manteau et décala tout de suite après sur la gauche du pilier pour ouvrir le feu. Il tira trois fois avec chacune de ses armes, touchant deux contrebandiers avant de voir les projectiles des autres sbires foncer dans sa direction. Soap ferma les yeux, c’était la fin.
Une détonation arcanique résonna dans ses oreilles. Il senti son corps se déplacer à une vitesse surnaturelle, lui donnant presque une légère nausée.


Soap se retrouva plaquer contre un mur, à l’abri des tirs, un coude serrant son cou.
- " Tu es complétement con ou quoi ? "
C’était Jouk. Elle venait de le sauver en se transférant juste au bon moment avec lui à couvert.

- " T’étais.. argh.. où ?" *dit-il, la gorge écrasée*
- " Le plan était d’attendre et de faire diversion ! Et je te retrouve prêt à te faire tuer. Tu es vraiment un pauvre crétin Soap." *lâcha la bien-née en retirant sa strangulation*
- " Argh.. merci… enfin je crois ?"


Soap massa son cou endolori avant de poursuivre :
- " J'étais tout seul comme un con depuis au moins 30 minutes. J'ai pensé que vous m'aviez laissé tomber. "
- " Idiot."


Deux cadavres brûlés tombèrent sur le sol à côté d’eux. Ilendi s’occupait des contrebandiers qui refusaient de lâcher leur arme.

- " Attends, tu as un peu de sang sur la joue. " *dit Soap en essuyant de sa manche le liquide rougeâtre sur la peau rosâtre de l’elfe*
La sorcelame et le soldat se fixèrent un instant. L’humain plongeant dans les yeux argentés crépitant d’arcane de l’elfe. C’est Ilendi qui se téléporta juste en face d’eux qui les interrompit.
- "Je ne vous dérange pas ? Vous n’avez pas l’impression que je fais tout le boulot ?"
- "Pour une fois que tu fais quelque chose…" *soupira Jouk*


La sorcelame dégaina ses deux épées et posa une main sur l’épaule du soldat avant de se transférer quelques mètres plus loin. Semblant habitué à cette technique, Soap ouvrit le feu sur deux cibles juste après à proximité.

*Quelques minutes plus tard*

Le calme était revenu dans la chapelle abandonnée qui faisait office de base pour le groupe de contrebandiers. Certains d’entre eux s’étaient rendus et gisaient inconscients et entassés au milieu de la bâtisse, d’autres avaient refusé la reddition et avaient eu moins de chance. Ilendi avait endormi les prisonniers suffisamment longtemps pour que les autorités prévenues par Soap puissent s’en occuper.
Les Biens-nés devaient fuir avant leur arrivé. Des rumeurs courraient déjà sur eux dans les environs et ils allaient devoir changer de région quelques temps pour éviter d’avoir les gardiennes à leur trousse. Pour ce qui était des sbires, Soap allait devoir être convaincant en expliquant qu’il avait neutralisé une quarantaine de contrebandiers à lui tout seul. Les malfrats seraient pris pour des fous s’ils évoquaient une possible aide de deux biens-nés.

Ilendi préparait le portail vers le Mont Hyjal tandis que Jouk était assise sur deux corps empilés, tenant une étrange sphère recouverte de symboles titans. Soap s’approcha de la bien-née pour entamer la conversation.


- " Vous étiez là pour ça ? "
- " Ce n’est pas « ça ». C’est une clé titane. "
- " Hm… ? Et elle doit ouvrir quoi ? "
- " Ça, je ne te le dirai pas."
- " La confiance règne."
- "Je ne te connais que depuis quelques semaines et on acquiert pas la confiance d’un bien-né en quelques centaines d’années. "
- " Ok… génial. Je laisse tomber les questions là-dessus. Vous partez dans une autre planque du coup ?"
- " On va se faire petit pendant quelques temps. "
- "Je comprends… Quand j’y pense, j’ai combattu aux côtés de deux biens-nés et je ne vais même pas pouvoir le raconter. "
- " La vie est ainsi faite humain. Tenir un secret 70 ans n’est pas compliqué, ne tant fait pas. "
- " Toujours le mot pour faire plaisir Jouk. "


Ilendi s’approcha et signala que le portail était opérationnel. Les deux Biens-nés rassemblèrent leurs affaires puis saluèrent une dernière fois Soap avec une certaine froideur et distance. Pour eux les mages, rencontrer un humain n’était qu’une anecdote passagère, pour l’humain par contre, la situation était différente et s’apparentait plus à un souvenir inoubliable.
- " Bon, c’est ici qu’on se sépare." *commença Soap*
- " En effet. "*répondu Ilendi*
- " Je sais pas trop quoi dire alors… bonne continuation. Je suppose qu’on ne se reverra probablement jamais. "
- " Il est fort probable oui. Merci pour ta discrétion Soap. "


Ilendi inclina la tête et traversa le portail. Jouk était restée silencieuse, elle claqua des doigts pour que ses affaires suivent son frère. La Bien-née tourna le dos et s’avança quand Soap l’attrapa par la main pour subitement l’embrasser. Leurs lèvres échangèrent quelques secondes un baiser puis Jouk le repoussa avant de lui donner une gifle. La sorcelame fit alors un clin d’œil au soldat puis disparu à travers le portail, le laissant comme un con.
La porte d’entrée de la chapelle grinça alors doucement. Plusieurs fantassins aux couleurs d’Austrivage pénétrèrent dans la chapelle.

- " Ha ! Salut les gars, je vous attendais !"
Contenu sponsorisé

Re: Enquête à Austrivage : Péripéties de Soap

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum