Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Dominick Lantor

le Mar 5 Déc - 18:33

- Nom : Lantor.
- Prénom(s) : Dominick.
- Surnom(s) : Dommi.
- Date et lieu de naissance : Pas loin d'Austrivage, il y a 23 ans.
- Genre : Mâle.
- Race : Humain.


APPARENCE PHYSIQUE

Impression générale du personnage (sur les autres): Le visage tout sérieux, du genre à sourire quand il se brûle. Très premier degrés, flegmatique, voire stoïque.
- Morphologie (Corps, visage): Une corpulence moyenne pour une taille d'1m84. Il a une stature moyenne. Le fait qu'il ait pu entretenir son corps est visible mais il est aussi visible qu'il a mis de côté l'aspect sportif.
- Couleur de la peau : Blanche.
- Yeux (Forme/Couleur): Bleu.
- Chevelure (Type de cheveux, couleur, coupe portée): Des cheveux en bataille qui lui tombe sur la nuque. Il leur accorde le minimum de soin. Du genre à se peigner avec son oreiller.
- Modification(s) corporelle(s) (Piercing, tatouages, cicatrices) : Non.

-→ Style vestimentaire : Pas l'argent pour se permettre d'avoir un style.
- Dans la vie de tous les jours : Une tenue en tissu, un pantalon de toile.
- Au combat : Une tenue en tissu, un pantalon de toile.
- Bijou(x) porté(s) : Rien.
- Autre(s) objet(s) qu'il/elle a toujours avec lui/elle : Une paire de lunettes.


CARACTÈRE / GOÛTS/ASPIRATIONS

Caractère : Traits de caractère majeurs => Stoïque et Raisonnable. Traits de caractère mineurs => Non renseigné.

- Adjectifs qui viennent tout de suite : Apathique.
- Talent(s) : C'est un bon magicien. Il avait de bonnes notes à l'Académie ; le bénéfice d'avoir eu un tuteur privé étant enfant. Il sait cuisiner.
- Gestuelle : Des gestes simples, sans fioritures.
- Sa(ses) peur(s) la(es) plus profonde(s) : Non renseigné.
- Motivation(s) : D'après ses dires, il a besoin d'argents pour survivre dans le royaume le temps que l'armée de Hurlevent étudie sa demande d'intégration.
- Plus grande force : Non renseigné.
- Plus grande faiblesse : Non renseigné.

Goûts : Il reste assez discret sur ses goûts, ne lançant jamais le sujet mais se faisant remarquer dès que quelqu'un d'autre parlera d'un truc qu'il apprécie (ou qu'il n'apprécie pas, au contraire).

- Passion(s) : Non renseigné.
- Livres appréciés : Il prétend aimer les livres théorique.
- Goûts gastronomiques particuliers ? : Cuisine française. Il aime le fromage.
- Activité(s) artistique(s) : Pas vraiment.
- Sport(s) : Il dit en avoir fait. Il dit avoir suivi une formation de mage de bataille. Mais il dit aussi qu'il n'a pas refait de sport depuis qu'il a quitté Dalaran.
- Lieu(x) favori(s) : Non renseigné.

Aspirations :

- Son(ses) rêve(s) : Non renseigné.
- S'intéresse à : (Politique ? Actualité ? Mode ? ...) La magie.
- Philosophie : Non renseigné.
- Religion : Non renseigné.
- Projet(s) : Non renseigné.


MÉDICAL / PSYCHOLOGIE

- Santé/Hygiène : Bonne santé et bonne hygiène.
- Allergie(s) : Non renseigné.
- Handicape(s) : Aucun.
- Alimentation : Normale.
- Sommeil : Non renseigné.
- Addiction (tabac, alcool, drogue ? produit alimentaire ?): Non renseigné.
- Médication(s) particulière(s) ? : Non.
- Relation à l'ordre et à la propreté : Il est carré-carré dans un genre particulier : "C'est le bordel, mais chaque chose est à sa place."
- Autre(s) chose(s) à signaler : Non renseigné.

Psychologie :

État psychologique général : Il se montre renfermé et n'a jusque là que discuté avec Aegwynn. Pas du genre à s'ouvrir à des étrangers, donc. Il est clairement un schizoïde à tendances obsessionnelles-compulsives.
Vision globale de lui-même : Non renseigné.

- Trouble(s) du comportement ? : (TOC/Manie ?) Aucun visible.
- Niveau de nervosité général : Pas du genre à montrer sa nervosité.
- Niveau de violence général : (Capable de violence ? meurtre ? d’autodestruction ?) : Non renseigné. Mais il a légitimement posé la question de ce qu'il se passerait si un jour le groupe était engagé pour un sale boulot. Il semblait plutôt contre.
- Phobie(s) : Non renseigné.
- Relation à l'argent : Non renseigné.
- Relation au travail : Non renseigné.
- Relation à la mort : Non renseigné.
- Autre(s) à signaler : Non renseigné.


CADRE FAMILIAL

Origine(s) : Dalaran.

- Père/Mère/Frère/Soeur/Enfant /Oncle-Tante/Grands-parents : Jusque là, il n'en a parlé qu'avec Aegwynn.
- Relation amoureuse : Jusque là, il n'en a parlé qu'avec Aegwynn.
- Ami(e)(s) : Jusque là, il n'en a parlé qu'avec Aegwynn.
- Autre(s) : Il devait rejoindre une connaissance familiale à Hurlevent à la base. La mort de celle-ci lui a forcé la main et c'est pour ça qu'il a fini dans le groupe d'aventuriers.

Personne(s) la(es) plus importante(s) pour lui/elle : Non renseigné.
Autres à signaler : Non renseigné.


RELATIONNEL

- Comportement général vis à vis d'autrui : Très premier degrés. Simple, raisonnable.
- En société en général : Très premier degrés. Stoïque.
- Avec la famille/les proches : Non renseigné.
- Au travail : Très premier degrés. Stoïque.
- Comportement sur le plan affectif : Non renseigné.
- Orientation sexuelle : Hétéro ma gueule.
- Relation au sexe : Non renseigné.
- Comportement dans une relation amoureuse : Non renseigné.
- Niveau de facilité d'attachement : Non renseigné.


CADRE ET MODE DE VIE

- Habitation : Au camp.
- Pays / Ville : Là où est le camp.
- Personne(s) avec qui il/elle vit : Le groupe d'aventuriers.
- Animal(aux) de compagnie : Aucun.
- Autre(s) à préciser : Non renseigné.

- Vie quotidienne : Une routine.

- Passe-temps, occupation(s) : Un parchemin/livre.
- Habitude(s) particulière(s) : Non renseigné.
- Membre d'une association ? : Non renseigné.
- Autre(s) à préciser : Non renseigné.

Domaine judiciaire :

- Infraction(s) commise(s) et peine(s) purgée(s) : Aucune.


Dernière édition par Dommi le Jeu 21 Déc - 3:24, édité 4 fois
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dominick Lantor

le Mar 5 Déc - 18:34
Statistiques






Antécédent : Erudit (+2 connaissance).

Caractéristique primaire : Force : 4 ; Agilité : 5 ; Intelligence : 6.

Caractéristique secondaire : Puissance Physique : 40 / Endurance : 40 / Dextérité : 50 / Réflexe : 50 / Puissance Magique : 65 / Volonté : 70.

Compétence : Connaissance : 3 / Mécanique : 1 / Athlétisme : 1.

Attaque mêlée : 1-7 tranchant/perçant.

Sorts offensifs : 3-13 arcane.

Sorts défensifs : 2-12 arcane.

Armure : Pas d'armure (Tissu).

Arme : Épée évoquée.

Objets : Orbe d'arcaniste ; mantelet d'intelligence.

Attribut : PV : 20 | Bonus dégâts et protection (soin) sur intel : 1

Spécialisation : Magie profane (Arcane).




Spécialisation : Magie profane (Arcane)







Frappe magique :

L'utilisation de la magie peut permettre de passer à travers bien des défenses.
Attaque classique de l'arcaniste en mono cible. Un effet élémentaire pourra intervenir si le rand d'attaque est en dessous de 20.

Focalisation de la magie

L'Arcaniste peut canaliser un plus long moment ses sortilèges pour assurer leurs réussites.
Action de préparation, le mage choisit de passer son tour. Sa prochaine action sera automatiquement réussit. Mais l'Arcaniste doit tout de même rand pour savoir si un effect d'échec ou de réussite critique s'additionne.
Si l'Arcaniste subit un dégât durant le tour ennemi, sa préparation est annulé !

Sort à effet de zone

La redoutable réputation des Arcanistes sur le champ de bataille provient naturellement de leurs sorts à effet de zone.
Sur un rand d'attaque classique, rajoutez un rand 1-3, déterminant le nombre de cible touché. Tout autre mage canalisant le sort avec vous rajoutera un rand 1-3 pour toucher des cibles supplémentaires.
En cas de coup critique, le Mj déterminera une seule cible qui prendra un dégât supplémentaire. Focalisation de la magie ne retire pas la nécessité de réalisé un rand 1-3.

Défense magique

L'arcaniste n'est pas fou, il est rationnel, il dispose d'une des meilleurs défenses du monde, la magie, alors il s'en sert.
Sur un rand d'attaque classique, l'arcaniste lève un bouclier pouvant le protéger des dégâts. Gagne son jet de dégât magique en point d'armure magique. De plus, un ennemi faisant 80 et plus contre une défense magique d'arcaniste déclenchera un effet élémentaire.

Bloc de glace

Assuré sa survie fait la différence entre le bon et le mauvais arcaniste.
Action spéciale. Sur un rand d'attaque, bloque l'Arcaniste le temps d'un tour, ou il ne pourra rien faire, mais sera immunisés aux attaques pendant ce tour. Le bloc de glace peut néanmoins être dissipé. Une fois par combat.
Si l'Arcaniste n'a pas encore utilisé son bloc de glace, et qu'une attaque pourrait le mettre KO, il peut décider de l'utiliser à la place sur un rand pour survivre.

Note : la forme du bloc de glace peut être différente suivant des idées Jdr, elle doit néanmoins rester crédible. Sous peine d'être annulée en guise de sanction par le Mj.


Dernière édition par Dommi le Mer 6 Déc - 21:01, édité 1 fois
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dominick Lantor

le Mar 5 Déc - 18:35
Cela fait maintenant quelques jours que j'ai intégré ce groupe d'aventuriers. Il est peut-être temps que j'en parle un peu. D'autant que j'ai enfin pu m'isoler suffisamment dans Comté-de-l'Or pour faire le point.
Je ne reviens toujours pas de ce que je suis contraint de faire. Si mes maîtres me voyaient prostituer ma magie -la magie de Dalaran !- pour quelques pièces et de la viande séchée ... A vrai dire, je n'ai pas vraiment envie d'imaginer leurs réactions ; nécessité fait loi et il me faut survivre. Voilà quatre ans que la Cité Pourpre a été détruite et environ trois que je ''survis'' en Elwynn. Finalement, ce groupe d'aventuriers est une bonne chose : preuve en est, il tient toujours à l'heure où j'écris ces lignes.
C'est sans doute grâce à Aegwynn Marlack -Aegwynn Eltrya, pardon !- et cela me fait plaisir de travailler avec un personnage familier. Aegwynn et moi avons suivi les mêmes cours à Dalaran. Enfin, nous étions de la même promotion, l'assiduité aux cours lui ayant fait défaut pour la pratique de l'archerie. Non pas que je lui en veuille, elle se débrouille admirablement bien avec un arc mais je ne peux m'empêcher d'imaginer ce que peut penser son père dans l'au-delà.
J''ai d'ailleurs eu sa visite alors que j'étudiais à l'étage de l'auberge, dans un coin aussi calme que possible (et mise à part un couple qui occupait la chambre adjacente -et qui sont restés silencieux !, je n'ai pas eu à me plaindre). J'ai pu en profiter pour vérifier quelque chose, il faudra que je répète la manœuvre avec les autres membres du groupe mais mis à part le gnome qui est lui aussi un mage, je doute qu'on s'intéresse à mes parchemins et mes lectures. Auquel cas, le parchemin instructif de Toucher de glace devrait logiquement leur paraître rébarbatif.
Nous avons parlé brièvement de Dalaran avec Aegwynn. Par un trait d'humour, elle pense que la ville pourrait renaître. Je ne m'y connais pas tant que ça en psychologie, mais l'on m'a toujours dit qu'alléger les traumas avec l'humour était soit signe que tout allait pour le mieux, soit tout le contraire, mais jamais de juste milieu. De toute manière, ça n'a pas d'importance, je suis très pessimiste quant au futur de la Cité Pourpre et même au futur de l'implication d'être dalaranais. Antonidas est mort. Conjurus Rex est mort. Kel'Thuzad est un traître. Aucune nouvelle d'Arugal, Kael'Thas ou Modera. Le père d'Aegwynn est mort. Et le mien aussi pour ce que ça vaut. Mon meilleur ami est mort (et qui sait combien d'autres étudiants que nous avons connus ?). Ma bien-aimée Andréa également. Dalaran est morte.

*Quelques traces d'encre indiquent une hésitation à reprendre l'écriture.*

Mais voilà que je m'étend un peu trop sur la personne d'Aegwynn. Passons au reste du groupe. Sur lequel j'aurai moins de chose à dire mais balayons tout de même un avis général.
Pallegina est une personne renfermée, cela fait finalement plaisir à voir que je ne suis pas le seul à agir ainsi. Peu m'importe si elle ne veut pas parler du moment qu'elle fait son travail dans le groupe. Une bénédiction ratée sur ma personne me laisse néanmoins perplexe pour d'autres raisons.
Delrin Valmont est un homme capable et le seul avec une véritable formation militaire. C'est un homme sur qui on veut compter. Jusque là, ça fonctionne. Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec lui. Mis à part son opinion sur la responsabilité principale des mages dans le Fléau (je tiens à rappeler à la postérité qu'Arthas était un prince lordearonnais), je n'ai pas à me plaindre.
Manard est le boute-en-train de la troupe. Le fonce-dans-le-tas de l'équipe. Le soudard aussi. L'homme à l'humour graveleux également. Bref, c'est un nain. Il joue de la musique, d'un genre dont je n'arrive pas à savoir si j'apprécie ou pas. J'essaye de rester très premier degrés avec lui, peut-être se calmera-t-il sur les blagues à force.
Arrhénius est quelqu'un de trop propre. Alors oui, l'hygiène également -ce qui est un exploit pour un hurleventois et indique qu'il vient d'une famille au moins moyenne- mais c'est surtout son attitude. Lui aussi a des secrets.
Le gnome mage dont j'ai oublié le nom. J'évite de me rapprocher de mes confrères, surtout s'ils sont pyromanciens. Puis après, pas eu l'occasion de discuter avec lui non plus.
Claira, dont Aegwynn m'a parlé un peu aussi. Une lordearonnaise, fille de paladin. Parce qu'elle dort avec un ours en peluche, Aegwynn craint qu'elle n'ait pas les épaules pour ce que le futur nous réserve. Elle craint que Claira ne provoque indirectement une situation dangereuse par ce biais. Je dois dire que je ne savais pas comment réagir face à Aegwynn. Je veux dire, un ours en peluche ? Si ça l'aide, tant mieux. Quelle importance que ça fasse gamin ? Quant à ses craintes, je crois les deviner : que se passera-t-il lorsque Claira sera contrainte de tuer un autre être humain ? Oui, c'est une crainte pertinente, mais qui est valable pour tous ceux qui n'ont jamais tué un autre être humain, y compris Aegwynn elle-même (à moins que ?).
Quoiqu'il en soit, j'ai joué la carte de la logique et ai conseillé à Aegwynn d'en parler directement avec Claira plutôt que de faire traîner une quelconque situation conflictuelle.

Voilà qui sera bien suffisant pour ce soir. Demain, j'irai me balader à travers la ville, rencontrer quelques marchands, voir si je trouve quelque chose d'intéressant.
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dominick Lantor

le Mar 19 Déc - 2:56
Cette entrée de journal devra résumer beaucoup de chose.
Premièrement, nous avons subi notre premier échec au cours d'une mission. A la mine de Fondugouffre, nous avons dû fuir face à des kobolds qui nous surpassaient en nombre. Tout le monde n'a pas bien pris la tournure des événements mais il fallait s'y attendre : un groupe d'aventuriers ne peut pas toujours réussir. Cela nous a tous remis en cause et nous a aussi montré qu'il nous fallait chacun plus d'une corde à nos arcs. Certains ont eu l'idée de s'obtenir des armes à distances. Mauvaise idée dans le contexte d'une mine à mon avis.
Pour ma part, ce fut la première fois depuis des années que je repensais à me remettre à l'escrime. Je suis totalement rouillé et n'ai de toute manière jamais pu mettre réellement en pratique les cours théoriques que mes maîtres à Dalaran ont pu m'enseigner.
Plus tard dans cette soirée, le mage gnome, Abner, s'est montré alors que je discutais avec Aegwynn. Ce petit être cache quelque chose ; on ne peut pas baratiner un baratineur, comme on dit. D'un autre côté, Aegwynn l'a ressenti aussi ; elle m'a d'ailleurs demandé de garder un œil sur lui, quelque chose qui me satisfait et m'irrite à la fois.

Les jours suivants, je suis principalement resté au camp, laissant les autres faire des allers et retours entre Comté-du-Nord, Comté-de-l'Or et notre camp. Cela m'a laissé du temps libre que je n'ai pas utilisé pour me remettre à l'escrime, même si j'ai pu remettre sur le papier les souvenirs qui me revenaient ci et là.
Heureux hasard d'ailleurs, il y a peu de temps, l'une des missions du groupe fut d'assurer la sécurité sur la route entre Comté-du-Nord et Comté-de-l'Or. Des bandits sévissaient et ils tombèrent sur eux alors qu'un vieil homme était sur le point de se faire agresser. Il se trouve que ce vieil homme est un maître d'arme du nom d'Almadès di Carlio si je me souviens bien. Celui-ci, pour remercier Aegwynn et les autres de l'aide apportée, a proposé de fournir des leçons. Si le groupe en ressent la nécessité, il faudra aller chercher le vieil homme au Repos de Selthibert, un petit temple dans les montagnes au nord-est de l'abbaye de Comté-du-Nord.

L'information suivante qui est pertinente à noter est qu'Aegwynn semble vouloir se remettre à la magie. De manière générale, l'idée d'être polyvalent devient de plus en plus concret pour tout le monde, sauf pour Pallegina apparemment et je l'en remercie humblement à travers ces lignes. Il n'est pas nécessaire que notre soigneur songe à devenir un hybride.
Pour en revenir à Eltrya, elle m'a demandé si elle pouvait emprunter quelques livres et parchemins que j'avais. Il faudra que je pense à lui demander de quelle école elle souhaite étudier, ou plutôt ré-étudier en premier. C'est une bonne chose. Je crois. Si elle séchait les cours, c'était sans doute pour une raison précise, même l'ennui serait une raison suffisante. Je n'ai jamais cru à l'excuse comme quoi elle était moins forte, moins sensible à la magie comme certains étudiants avaient pu le dire à l'époque. La magie, à condition qu'on s'y abandonne, peut s'ouvrir pleinement à n'importe qui et offrir les plus belles surprises, comme les plus belles désillusions.
Les autres cherchent une deuxième arme. Si je me souviens bien, Delrin pense à une arbalète ou un arc, Claira deux arbalètes de poing (qui est une mauvaise idée si elle compte se servir des deux en même temps quand bien même elle serait ambidextre). Pallegina a lancé l'idée d'une fronde ce qui ne serait pas une mauvaise idée pour moi non plus mais j'ai tendance à préférer l'idée de rester sur une épée. Chose qui m'a d'ailleurs attiré l'approbation de Delrin Valmont.
Arrhénius est plus compliqué, il ne veut pas alourdir son armure, mais souhaite continuer de manier une épée de champ de bataille. Quitte à miser sur son agilité, il devrait songer à la rapière, au stylet ou à l'épée courte avec un bocle pour se protéger. Je sais que maître Talhoffer avait cité pleins d'autres armes qui correspondraient à ce qu'il cherche mais je ne m'en souviens pas dans l'immédiat.

Pour en revenir à mon propre choix de polyvalence, les jours suivants m'ont vu m'interroger. Je me souviens d'une arme exotique, présenté par maître Talhoffer lors d'un atelier escrime. Il s'agissait du chakram, un anneau plat avec un côté tranchant, d'un diamètre d'une trentaine de centimètre. Maître Talhoffer disait que l'arme avait une portée de 40 à 50 mètres mais que grâce à la magie, elle pouvait non seulement bénéficier d'une portée plus grande mais aussi de pouvoir revenir dans les mains du mage. En y appliquant des enchantements temporaires, il était possible de laisser un sillage de feu ou de glace sur la trajectoire du chakram.
L'idée est plaisante mais j'ai besoin d'y réfléchir, peut-être demanderai-je conseils aux autres, voir ce qui serait le plus adéquat pour le groupe.

Dernier événement important à noter, un sorcier des moissons et son furbolg de compagnie. Je n'ai retenu le nom ni de l'un, ni de l'autre. Les deux se retrouvaient acculés par des ours et nous les avons sauvé alors que nous étions en chasse pour nous ravitailler en nourriture. Ils ont rejoins le groupe sur l'impulsion de Pallegina et la défiance de Claira. Les compétences du sorcier des moissons me semblent plus manuelles qu'intellectuelles mais ce n'est pas une mauvaise chose ; s'il sait préparer potions et élixirs, c'est toujours bon à prendre. Le furbolg lui, a la puissance de sa race, à voir s'il sera réceptif et coopératif dans un groupe.

Quoiqu'il en soit, je m'en vais de nouveau en ville sous peu, peut-être me renseigner auprès des soldats concernant ma postulation. Il est illusoire d'y croire et je me trouve en plus dans une situation tout à fait acceptable au camp finalement, mais j'ai peur qu'un jour je me retrouve en totale contradiction avec la philosophie du groupe (sur des sujets autrement plus importants que des combats d'animaux j'entends) et à ce moment là, je ne veux pas me retrouver au pied du mur.
Et qui sait, peut-être aurais-je la chance de ramener un contrat moi aussi.
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dominick Lantor

le Jeu 21 Déc - 1:32
*L'écriture de cette entrée indique que Lantor ne se trouvait pas dans une super forme au moment où il s'est saisi de sa plume.*

Et bien ces deux derniers jours ont été plus chargé en événements que les deux dernières semaines. Mais commençons dans l'ordre.
La mission que j'ai trouvé à Comté-de-l'Or concernait des éclaireurs gnolls et nous avons décidé de les affronter. Me voilà maintenant avec un trou dans le ventre de cinq bons centimètres de diamètre. Sans Pallegina et Greigar (le sorcier des moissons), je ne sais pas ce que je serai devenu, je leur en dois une.
Se retrouver avec une blessure pareille et frôler la mort est moins étrange que je ne l'aurai cru. La douleur était insupportable et ses signaux saturaient mon cerveau en information mais dans le même temps elle était la chose la plus concrète, la plus tangible et la plus réelle que j'ai ressenti depuis longtemps. Je ne me suis jamais autant senti vivant qu'en craignant de perdre la vie. Je ne suis pas sûr d'avoir aimé ce sentiment, j'ai l'impression d'être comme un accroc à l'adrénaline qui attend seulement de revivre cette expérience, et qui cherche toujours plus loin, toujours plus fort.
Non, effectivement, en l'écrivant sur le papier, je suis sûr : je n'aime pas ce sentiment. Je suis un homme simple avec des plaisirs simples. D'autant plus …
Non, je reviendrai sur cela après, j'ai écrit « dans l'ordre ».
Pour en revenir au combat, nous avons tous été blessés alors qu'ils n'étaient que trois gnolls. Je suis particulièrement fier de ce que j'ai réussi à faire. Malgré ma blessure, j'ai réussi à invoquer trois projectiles magiques et chacun a infligé de lourds dommages aux trois gnolls. Je ne sais pas où j'ai trouvé la force de faire ça. Certainement pas la fureur, je n'étais pas en colère. La peur peut-être ? Je n'avais pas la sensation d'avoir eu peur mais peut-être que je me leurre moi-même. Personnellement, je crois que c'est plutôt ma détermination. Oui, c'est ça. Je ne voulais pas mourir, pas ici, pas dans cette forêt, pas maintenant. J'ai encore tant à apprendre. Oui, je suis fier de ce mouvement même si le mérite des trois morts revient à Arrhénius et Delrin.

Comme je l'ai dit, c'est plus ou moins blessés, gravement pour moi et Arrhénius, assez salement aussi pour Aegwyn, plus légèrement pour les autres que nous sommes rentrés au camps. Pallegina a pu apporter les premiers soins mais sans l'onguent de Greigar, nous serions tous encore cloués sur nos couches.
Une conversation a alors eu lieu, conversation à laquelle je me suis forcé de participer en sachant pertinemment que c'était une mauvaise idée étant donné mon état. Aegwyn a finalement demandé à Claira et Manard pourquoi ils étaient ici. La réponse était assez naïve mais cohérente. Pallegina, elle, s'est ouverte un peu plus : elle s'est brouillée avec son grand-père et la fierté propre à son sang fait que ni l'un ni l'autre ne voudra céder en premier. Même Aegwyn a partagé que sa mère était morte alors que je croyais dur comme fer que la Eltrya pouvait partir à tout moment pour le foyer familial.
Finalement, je suis bien le seul à ne pas avoir divulguer plus d'informations sur moi. C'est bien une habitude que j'ai prise ça de rester enfermé, et ça ne me dérange pas. Ça n'a pas l'air de déranger non plus les autres alors c'est d'autant mieux. Je préfère largement me confier à ce journal. Je pourrais me poser la question de pourquoi mais je n'ai pas assez d'énergie pour tenter d'auto-évaluer mon état psychologique dans l'immédiat.
D'autant plus que j'ai un autre sujet sur lequel me questionner.
Avant que tout le moment n'aille se coucher. Aegwyn m'a fait un clin d’œil que Manard et Pallegina ont tôt fait d'identifier comme une invitation à la rejoindre sous sa tente. D'après le nain, j'aurai loupé plusieurs signaux. Chose que je crois aisément étant donné que je n'ai jamais été doué pour les repérer ; j'ai en effet toujours préféré que les choses soient dites et claires. Alors que j'essayais de démêler toute la conversation dans ma tête, Manard a dit quelque chose, je ne sais plus quoi exactement, mais il a mentionné le terme « amie d'enfance ».
J'ai immédiatement culpabilisé. Je me suis levé, trop brusquement, me suis dirigé vers ma tente, sans faire attention que ma blessure s'était rouverte. Devant ma tente je me suis écroulé en avant à cause de l'effort demandé. D'après Manard, Pallegina a rouspété en portant quelques soins avant que le nain ne m'installe sur ma couche. Je me souviens d'avoir passé une mauvaise nuit mais je reviendrai au cauchemar (certainement provoqué par la fièvre) un peu plus tard dans cette entrée.
Bien sûr que Manard ne pouvait pas savoir étant donné que je ne m'ouvre pas, mais j'étais fiancé à mon amie d'enfance. Et aujourd'hui elle est morte. Et je me reproche bien entendu sa mort. Qui ne le ferait pas ? Alors non, quand bien même les suppositions de Manard et de Pallegina étaient vrais, je ne pouvais pas. Tout simplement.

*Des petites tâches d'encre et des mots raturés indiquent une hésitation à continuer, voire une pause de l'auteur.*

En me relisant et en essayant de prendre du recul, je me dis que c'est pitoyable d'être amoureux d'un fantôme et que cette situation m'a au moins fait remettre en question. Et en effet, quelle question. Que les suppositions de ces deux-là soient vrais (ce qui, franchement, reste encore à prouver), que ce soit le cas où Aegwyn voulait « un coup d'un soir » comme on dit, ou essayer de commencer quelque chose de sérieux. Que je puisse surmonter le fait d'être pitoyable ou non. Moi, dans tout ça ? Est-ce que j'ai des sentiments pour Aegwyn Eltrya ?
Cette femme est jolie, et je suis prêt à jeter la première pierre à qui dit le contraire. Mais est-ce que pour autant j'ai des sentiments pour elle ? Elle me rattache à mon passé, à Dalaran. Quand bien même je considère la ville morte, voir Aegwyn Eltrya debout et bien vivante joue sur mon inconscient. Bien, au moins ça veut dire que j'aime Aegwynn comme on aime un souvenir. Ce n'est pas très flatteur mais c'est un point de départ. Je sais également que je ne suis pas un homme au « coup d'un soir », que ce soit d'un point de vue physique, émotionnel ou psychologique. Ce qui me fait dire ça, c'est qu'autrement, j'aurai déjà noyé mon chagrin entre les cuisses d'une gourgandine. Donc, que j'ai des sentiments pour elle ou non, si les choses ne se présentent pas sous un certain angle, je ne m'engagerai pas. Voilà une précision supplémentaire à laquelle je dois m'accrocher. Que ce soit pour elle ou n'importe quelle rencontre future d'ailleurs.
Essayer de lister ensuite les traits de caractère sur lesquels nous nous assemblons ou au contraire sur lesquels nous nous opposons me semble bien superflu, justement à cause des expressions « qui se ressemble s'assemble » et « les opposés s'attirent ». Essayer de déterminer logiquement et mathématiquement si l'on est amoureux ou non est peut-être idiot mais comme nous l'avions fait remarquer dans la conversation de ce fameux soir, nous sommes tous idiots à un certain degrés.
Je suis bien en sa présence, elle est l'une des rares personnes avec qui je peux parler un peu de tout. Avec qui je n'hésiterai pas à parler un peu de tout. Est-ce que ça veut dire que j'aime Aegwynn Eltrya comme on aime une confidente ? Je crois que c'est encore moins flatteur mais on avance.
La chose ma paraît tordue, compliquée. Et de toute manière, il faut toujours que les suppositions de Manard et Pallegina soient vraies. Je vais parler un peu d'autre chose.

Cette fameuse nuit, alors que j'étais évanoui sur ma couche, j'ai fait un cauchemar. Je ne me souviens pas des détails, en fait je ne me souviens que de deux phrases : « La vie est force. C'est incontestable, celui qui vit influe le monde qui l'entoure. » Mais je suis certain qu'il s'agissait d'un cauchemar, j'avais peur à mon réveil. Une javeline dans le ventre la veille ne m'avait pas fait peur mais ce dont j'ai rêvé cette nuit, si. Ça ne pouvait être qu'un cauchemar.
Il se trouve qu'en vérité, je n'ai guère envie de parler de ça non plus. A vrai dire je ne sais pas quelles interprétations en tirer. Est-ce une réponse à avoir côtoyé la mort ?

Nous verrons bien ce que le reste de la journée me réserve.

*Au vu de l'écriture, l'auteur a pris une nouvelle pause.*

Le groupe s'agrandit de nouveau. Deux sœurs jumelles venues des colonies ravagées du Norfendre et rencontrées lors d'un contrat sur une meute de loup. Arneis est une arbalétrière qui semble timide, Suniva est une archère qui semble distante. Les deux ont un couteau à la ceinture et semblent prête à s'en servir en cas de besoin.
Dans ce contrat, Aegwyn a de nouveau écopé de plusieurs blessures et a presque le bras en écharpe. Il serait rentable pour elle d'axer sa remise à niveau en magie sur l'abjuration mais elle semble vouloir préférer l'enchantement et l'évocation afin de jouer avec des flèches magiques. De bien beaux sortilèges mais ce n'est pas ça qui va l'empêcher de prendre des coups. D'un autre côté, Gurolg (le furbolg) s'est distingué dans le combat en mettant à mort le loup alpha de la meute.
Moi-même n'ai pas pu y participer à cause de ma blessure et Manard surveillait le camp. Je n'ai pas cherché à savoir où étaient Abner et Arrhénius.

Fondugouffre s'approche à grands pas et si je ne prends pas de repos, je ne pourrais pas y participer (pas que la chose me dérange d'ailleurs, le plan monté est simplement suicidaire), je vais m'arrêter tout de suite.
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dominick Lantor

le Mar 9 Jan - 1:52
Il est arrivé quelque chose d'assez étrange l'autre soir.
Un inconnu a débaroulé dans le camps en sang. Il délirait à propos d'une bête aquatique qui aurait attaqué ses compagnons. Pallegina l'a soigné et peu de temps après, un groupe a remonté la piste de sang afin de vérifier les dires. Pour ma part, je suis resté surveiller le blessé.
Seul avec lui, j'ai pu l'examiner à mon tour en gardant mes distances, pas question de se retrouver empoisonné au contact de cette substance visqueuse noire qui entourait ses plaies. Je me suis surpris à m'intéresser à l'état de son corps, à savoir comment celui-ci avait réagi au poison. Son sang était vicié mais rien ne laissait supposer que les symptômes du poison étaient autre chose qu'une fièvre comateuse suivi de délire et d'après le rapport des autres, il est possible que la fièvre comateuse ne soit dû qu'aux blessures et pas au poison en lui-même.
En effet, en revenant, les autres ont rapporté avoir combattu des murlocs mais surtout que des prisonniers humains déliraient également sans pour autant avoir de blessure.
J'ai pris un échantillon du sang de la victime et de la substance visqueuse. De ce deuxième échantillon, j'en ai donné une partie à Pallegina afin que le groupe puisse (peut-être ?) l'examiner.

Bref, sur tout ça, un type du Si:7 est venu acheter notre silence. Comme on pouvait s'y attendre, Aegwyn prend mal l'apparition du Si:7 au camps. Une idée partagée par beaucoup de monde, pas forcément par moi et sans doute pour une raison égoïste. Si le Si:7 commence à mentionner notre compagnie dans leurs papiers au fond d'une armoire comme la paranoïa générale semble le croire, ça fera peut-être réfléchir à deux fois Aegwyn avant qu'elle n'accepte certains contrats. Pour éviter de me prendre en exemple, j'ai cité Claira et Delrin qui possèdent une certaine conscience, en tout cas je le crois. Mais moi aussi au final je sais qu'il y a certaines missions possibles pour un groupe de mercenaires que je ne pourrai pas accomplir. Certainement fermer les yeux et me complaire dans l'hypocrisie mais pas les accomplir.
A noter que Arrhénius, Historia et Suniva ont accepté l'argent du Si:7. A noter également que cette dernière a donné cette pièce à sa jumelle.

Le lendemain, je me suis décidé à demander de l'aide à Aegwyn.
Il se trouve que pour le plan de Fondugouffre, l'idée était de boire des potions pour voir dans l'obscurité et de couper d'une manière ou d'une autre tous les sources de lumière que les kobolds pouvaient utiliser. Mon propre plan était alors d'utiliser un cône de froid et d'autres vents algides magiques afin de souffler toutes les bougies d'un coup. Malheureusement, et même si c'est honteux de l'admettre, je ne me souvenais plus de l'incantation. Je me souviens du sigil de givre, je me souviens du dweomer permettant de donner un effet de zone à un sort. Mais donner un effet de souffle ... Cela faisait des jours que je me creusais les méninges sans m'en souvenir.
Donc j'ai décidé de prendre mon courage à deux mains et de demander de l'aide à Aegwyn. Après tout, son père avait un penchant pour un sortilège utilisant cet effet. Et d'un autre côté, il était hors de question d'aller demander de l'aide au gnome Abner.
Bref, elle a fini par s'en souvenir et a aussi lâché une information supplémentaire sur elle depuis qu'elle est arrivée en Elwynn. Elle a proposé de récupérer le grimoire de sa mère dans leur maison, un peu éloigné de Comté-de-L'or. L'idée d'avoir accès à du savoir magique de meilleur qualité que mes quelques parchemins et souvenirs m'a comblé d'une satisfaction assez difficile à dissimuler mais je pense avoir fait suffisamment attention à ne pas paraître malpoli : après tout, nous parlons de la maison qu'Aegwyn a abandonné après que sa mère ait décédé.
A la question de savoir si elle n'avait pas pu finir pillée par quelqu'un d'autre, Eltrya a répondu très justement qu'il était malavisé de fouiller la maison d'une pyromancienne sans son accord. Cela étant, les défenses magiques doivent s'amenuiser à force. Peut-être même devenir instable.

Enfin, après tout ça, je me suis mis à m'entraîner au cône de froid, Fondugouffre est pour bientôt et quitte à avoir un plan suicidaire, autant mettre toutes les chances de notre côté.

*L'écriture suivante indique une pause de l'auteur et visiblement une baisse des moyens.*

Le début se passait si bien.
Nous sommes passés par l'une des entrées de la mine pendant que le reste des mercenaires attirait l'attention des kobolds à l'autre entrée. Nous avons rencontré un premier groupe de kobold mais ce fameux cône de froid a pu éteindre toutes les bougies (deux d'entres elles avaient déjà été éteintes net par une flèche d'Aegwyn et de Virenir, notons-le). Les kobolds se sont dispersés et nous avons continués. Des ennemis isolés ont été réduits au silence. Et nous avons trouvé la tanière de Dent-d'or.
Puis Arrhénius a décidé de charger comme s'il portait une armure de plate complète. Lui et moi nous sommes retrouvés aux portes de la mort et tous les autres ont été au moins légèrement blessés. Cette fois, aucune sensation étrange ou désagréable, juste l'inconscience. L'inconscience, et des mauvais rêves.
"La vie est force. C'est incontestable et parfaitement logique ; celui qui vit influe le monde qui l'entoure."
"Mais est-ce dont tu as besoin ? Ce que tu veux réellement ?"
Je me suis réveillé dans un cri mêlant la peur et la douleur, dans ma tente. J'ai sans doute réveillé les dormeurs à côté car je les entendais grogner, enfin je crois. Pallegina est intervenue dans son indifférence habituelle. Je ne sais pas si elle a repéré la terreur qui m'habitait ou si elle mis ça sur mon humiliation face à ce kobold. J'ai simplement dit que j'avais le sommeil agité et que les brûlures n'aidaient pas.
Ce cauchemar, voilà deux fois qu'il m'apparaît. Et cette fois, en me réveillant, j'avais la conviction que la voix prononçant ces phrases m'était familière. Mais rien de plus.

Je n'ai guère la force de continuer dans l'immédiat, nous verrons plus tard si je fais à nouveau ce mauvais rêve ou si quelque chose de suffisamment extraordinaire arrive au camps pour que je sorte de ma tente.
Contenu sponsorisé

Re: Dominick Lantor

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum