Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 111
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [13e] Transition Taylor Rédan :

le Mer 9 Mai - 11:37
Taylor était restée impassible pendant les explications d'Hurst. Elle avait hoché la tête de nombreuses fois et lâché quelques "je vois" par moment. Quand l'inspecteur termina, l'espionne resta un moment dubitative. Malgré toutes ces informations, ils ne savaient pas grand chose de l'Organisation. Elle ignorait toujours qui était à sa tête, pourquoi elle était visée et surtout l'étendu de leur influence. Taylor était cependant rassurée par les découvertes de l'enquêteur. Savoir que le SI7 était encore relativement épargné par la gangrène de ce groupuscule était une bonne nouvelle.

- " ... Bref, il mentionnait différents gangs mais aussi des nobles que nous savons corrompus. Un nom a néanmoins attiré mon attention : d'après l'agent Bruas, d'après sa dernière information, la Spiono Kasema a été en contact avec l'organisation. Puis il a disparu."

- " Saint-Luc... ? J'ignore si cela doit m'enchanter ou me refroidir. Les derniers contacts que j'ai eu avec eux via la XIIIème Légion lors des événements post-Légion ont été courtois, si je peux dire. L'agent Bruas avait spécifié quel type de contact avait les assassins avec l'Organisation ? Je les vois mal nous aider s'il s'agit d'un de leur client..."





avatar
Messages : 120
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [13e] Transition Taylor Rédan :

le Jeu 10 Mai - 11:07
L'inspecteur Hurst hocha sombrement de la tête.

"- Je ne pense pas me tromper en disant que la Spiono Kasema ne doit pas aimer frapper le Si:7 mais lorsqu'elle le fait ... et bien la disparition serait la méthode parfaite : pas de corps, pas de meurtre. A vrai dire comment savoir que nous ne faisons pas la même chose avec les hommes de Saint-Luc ?"

Sidney referma son dossier et vint prendre appui sur son bureau.

"- Je suis d'accord avec vous, si 'organisation est un client de la Spiono Kasema, je vois mal le grand-père des assassins nous aider. Nous ne pourrons jamais aligner autant d'argent que l'organisation, je doute que nous sachions quelque chose qu'ils ne sachent déjà."

L'inspecteur poussa un long soupir abattu.

"- Finalement, comment savoir avec Saint-Luc ? Cet homme n'a jamais été tendre avec ses ennemis mais il sait faire la différence entre un adversaire et un ennemi. Reste à savoir dans quelle catégorie il rangeait l'agent Bruas.
avatar
Messages : 120
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [13e] Transition Taylor Rédan :

le Mer 15 Aoû - 19:45

Sidney Hurst rentrait chez lui quand un passant situé quelques pas plus loin dans la rue avait eu un comportement suspect. Plutôt à cran avec l’affaire non-officielle qui l’avait occupé ces dernières semaines, l’inspecteur ne se fit pas prier et changea son itinéraire.
Il marcha une dizaine de mètres supplémentaires avant d’avoir la certitude d’être observé et suivi. Hurst se força à garder son calme et de ne pas faire comprendre à ses poursuivants qu’il avait compris.
L’inspecteur s’engagea dans une rue bondée, essayant de perdre ses poursuivants dans la foule, mais n’avait-t-il pas fait trois pas qu’il crut déceler chez chaque passant un signe de la main, une œillade, un hochement de tête qui les trahissait et faisait d’eux des complices. Sidney quitta la rue au croisement suivant, le cœur commençant à s’emballer.
L’inspecteur se répétait qu’il devait garder son calme mais la paranoïa aidant, il se mit à marcher plus vite. Cette course de fantômes dura ce qui lui semblait être une éternité alors qu’il n’avait vraisemblablement pas parcouru plus de quatre ou cinq rues. Il ne se rendait pas compte qu’il n’y avait plus de passants. Que les rues qu’il avait traversé étaient désertes.
Il accéléra encore le pas et tourna sur sa droite pour tomber nez à nez avec trois personnes qu’il ne reconnaissait que trop bien. Un nain dans une armure de cuir noir, le cigare au bec et une jeune femme avec le visage à moitié masqué. Le troisième, placé entre les deux premiers, avait un chapeau à large bord et à plume et des bésicles rouges.
Sidney Hurst fut paralysé par la surprise et la peur l’espace de quelques battements de cœur. Lorsqu’il reprit courage, il voulut faire demi-tour mais d’autres assassins venaient déjà lui barrer la route. L’inspecteur se retourna à nouveau, regarda au-delà du trio, et songea à leur foncer dessus pour se frayer un passage par surprise mais avant même que cette idée ne prenne forme, d’autres silhouettes vinrent boucher le passage.
Sidney Hurst était pris au piège avec une certitude qui lui noua l’estomac : il allait mourir aujourd’hui.
Alors l’inspecteur fit ce qu’il avait l’habitude de faire dans les situations qu’il ne maîtrisait pas, il parla avec désinvolture.

“- Tout ça pour moi, Saint-Luc ?
- A proie exceptionnelle, mesures exceptionnelles.
- Je pourrai me défendre, crier à la garde.
- Vous êtes suffisamment intelligent pour savoir que vous succomberez néanmoins. La seule différence est que nous ne pourrons pas avoir de dernier échange civilisé.
- Parce que le meurtre est civilisé ?
- Certes non, mais il ne tient qu’à l’assassin et la victime de le rendre moins barbare qu’il ne l’est réellement.”

Sidney Hurst était époustouflé de l’aplomb avec lequel Saint-Luc parlait. Il savait comme tous les agents du Si:7, comme toute la pègre de Hurlevent, que le bras droit du grand-père des assassins était pour le moins particulier mais l’inspecteur avait rarement vu une personne capable de faire preuve d’un tel mélange de détachement et de raffinement dans le domaine de l’assassinat.
L’idée d’accepter le répugnait mais quel autre choix avait-il à part de mourir immédiatement ? L’inspecteur se raccrochait à l’infime espoir de voir un imprévu débarquer. Un espoir vide, il le savait au fond de son cœur ; la Spiono Kasema n’organiserait pas l’assassinat d’un agent du Si:7 sans s’assurer de ne laisser aucune trace.

“- Vous voulez parler, Saint-Luc ? Parlons. Quel intérêt trouvez-vous à m’assassiner ?
- Je pensais que vous aviez compris ce qu’était la Spiono Kasema, inspecteur. Là où d’autres groupuscules ou indépendants comme La Dague du Crépuscule ou Blenden Mark lui-même se nourrissaient du chaos qu’ils engendraient, la Spiono Kasema évolue dans la stabilité.”
Saint-Luc plaça ses mains dans son dos et fit lentement les cent pas, adoptant l’attitude d’un professeur face à un élève.
“- Il y a maintenant quelques temps, GUSS et Qwik-Kabin mettaient en danger le statu-quo qui existe dans la pègre de Hurlevent. Nous avons pris parti pour vous contre lui. Aujourd’hui, vos actions contre ce que vous appelez “l’organisation” nuisent à un statu-quo d’une ampleur tout à fait différente, il est naturel et logique que nous prenions parti pour eux contre vous.
- S’ils venaient à nuire à cette stabilité que vous chérissez tant …
- Nous nous retournerions contre eux, confirma Saint-Luc. Mais vous pouvez deviner qu’ils n’ont pas survécu aussi longtemps en faisant des remous. Et même ainsi, il faudrait qu’ils se dressent face à quelque chose de plus ancien et plus grand qu’eux.”
L’assassin leva la tête et regarda vers l’est de la ville quelques secondes avant de revenir à l’inspecteur.
- Et donc vous allez me tuer.”

Sidney ne pouvait voir la partie haute du visage de l’assassin mais il apercevait clairement un sourire se dessiner sur ses lèvres. Il ne s’agissait pas d’un sourire triomphant ou moqueur, mais un sourire plein d’empathie, qui indiquait clairement que Saint-Luc n’appréciait pas ce qu’il était sur le point d’accomplir mais qu’il le ferait quand même.
Au-delà de sa propre vie, l’inspecteur du Si:7 commença s’inquiéter pour sa famille, vu les histoires qu’il avait trouvé sur ceux qui s’étaient opposés à l’organisation, il y avait de quoi. Le bras droit de Shenko sembla lire dans ses pensées car il dit d’un ton péremptoire :

“- Vous n’avez rien à craindre, inspecteur, c’est la Spiono Kasema qui s’occupe de votre cas et je suis de la vieille école. A l’heure où nous parlons, un petit garçon de la Cour des Miracles est en train de lui apporter un bouquet de fleur de manière anonyme. Dans quelques mois, un an maximum, nous prendrons contact avec elle. Nous la mènerons à votre tombe si elle se trouve disposée.
- Dans le cas contraire ?
- Nous oublierons simplement l’idée et nous sortirons de sa vie.”

L’inspecteur ne put s’empêcher d’éprouver un certain soulagement aux propos de Saint-Luc, quand bien même l’assassin pouvait mentir. Cependant, Sidney était persuadé que ce n’était pas le cas, il émanait de Saint-Luc un sentiment de confiance propre aux hommes de pouvoir : quel intérêt aurait-il à mentir alors que tout était sous son contrôle ?

“- Vous avez une autre question ?” demanda poliment l’assassin.

Non, Sidney Hurst n’avait plus de question, mais il ne pouvait se résoudre à accepter sa mort. Alors il demanda la première chose qui lui passa par l’esprit :

“- Qui est le grand-père ? Qui est Shenko ?”

Si l’inspecteur espérait gagner quelques instants supplémentaires, il fut déçu. Saint-Luc s’avança tranquillement sous le regard imperturbable de ses agents et vint lui chuchoter à l’oreille.
Sidney Hurst ne put s’empêcher de sourire et de ricaner en entendant la réponse avant de grimacer et gémir ; l’assassin en avait profité pour faire glisser un poignard entre ses côtes, droit vers le coeur.


----------------


Eléments officiels qui peuvent être connus :

Sur le chemin entre les locaux du Si:7 et la maison de l’inspecteur, Sidney Hurst a disparu, il est présumé mort.
Le soir même, avant que la nouvelle de sa disparition ne se répande, un bouquet de fleur a été envoyé chez lui et réceptionné par sa femme ; aucun message n’était attaché avec.
Dans les mois qui suivirent, il est à noter que madame Hurst (qui garde toujours le nom de son mari) ne connaît pas de difficulté d’argent ni pour elle ni pour ses enfants ; les aides sont toujours anonymes et accomplies, c’est-à-dire que Jacintha Hurst se retrouve toujours devant le fait accompli sans possibilité de refus.
avatar
Messages : 111
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [13e] Transition Taylor Rédan :

le Mar 4 Sep - 23:01
Taylor était seule dans le cimetière d'Hurlevent.  La fraicheur de l'aube provoquait une légère buée à chacune de ses longues respirations. L'ex-agent était habillé tout de noir, portant son habituel manteau en cuir dont le col était relevé pour protéger son cou de cette brise matinale.

Elle passa plusieurs rangées de pierres tombales, mains dans les poches de son manteau, le visage apathique et fermé. Après plusieurs pas, elle s'arrêta net devant une tombe en particulier. Taylor resta une longue minute à fixer la stèle faite à partir de matériaux de qualité. Elle regarda autour d'elle pour vérifier qu'elle était seule. Son regard trahissait une certaine émotion, la renégat ne tenta pas de le cacher cette fois.


La femme à la chevelure d'ébène expira doucement avant de prendre la parole de sa voix cassée :

- " Bonjour Hurst. j'ai... j'ai trouvé les documents que vous aviez dissimulé dans le coffre secret de votre bureau. Vous aviez tout prévu... comme toujours. Cette liste est la clé de tout... je ne pense pas que j'aurai pu l'obtenir sans votre aide... je... "

*Après un silence*

- " ...J'ai croisé votre femme et vos enfants aujourd'hui. Ils vont bien et je vais faire en sorte qu'elles le restent."






*Taylor ferma les yeux avant de reprendre alors que les cloches de l'Eglise d'Hurlevent sonnaient les 6 heures du matin*

- " Je suis désolée Hurst... c'était égoiste de ma part de vous impliquer. Vous avez une famille... et moi... Je n'oublierai pas ce que vous avez fait pour moi. Je vais finir ce qu'on a commencé. "

*Taylor s'arrêta un moment, son visage se durçit et ses sourcils se froncèrent. Elle serra les poings dans ses poches.*

- "Je vais les traquer Hurst, tous, sans exception. Je vais les traquer et les tuer. Je vais tous les détruire, les brûler et les terrifier. La Spiono, Saint Luc, l'Organisation. Je serai sans pitié..."


Taylor s'avança prés de la tombe et caressa de sa main nue la pierre avant de prendre la direction du centre ville d'Hurlevent. Le vent balayait son long manteau, ses cheveux et les feuilles mortes à proximité. Elle quitta le cimetière sans croiser âme qui vive. Prés de la cathédrale de la capitale, l'humaine s'arrêta prés d'une boite aux lettres. Elle posta des courriers à destination de deux personnes : Lucie Rédan et Lynden Rédan. Demander de l'aide à cette dernière ne l'enchantait pas mais au diable l'égo, Taylor avait besoin de ses deux cousines et de leurs capacités et elle le savait pertinemment.

L'agent soupira avant de regarder le ciel. Le jour se levait doucement. Il était temps de se mettre en chasse.



Spoiler:


*1 mois plus tard*

La gazette d'Hurlevent venait de sortir ce matin. Les citoyens se ruèrent sur le journal comme chaque jour depuis une semaine et demi. De nombreuses personnes à priori respectables se faisaient assassiner tous les jours. Des agents du SI7, des officiers de l'armée d'Hurlevent, des mercenaires et  des citoyens fortunés terminaient en quatre planches quasi quotidiennement. Le mode opératoire était changeait d'une cible à l'autre : Poison, balle, torture, lame runique...

Aujourd'hui, la une titrait une nouvelle élimination : «  Un banquier assassiné à son mariage, que fait le SI7 ? ». Ce meurtre faisait suite au massacre du début de semaine où 15 membres biens connus de la Spiona avaient été retrouvé découpé en morceaux dans une maison de vacance par deux runiques et au meurtre d'un agent des services secrets à l'anniversaire de sa fille. La balistique a affirmé que le bougre avait été abattu par un tireur positionné à un kilomètre de sa cible.



*Hurlevent, 15 jours après*

Saint-Luc se baladait dans les rues d'Hurlevent au beau milieu de la nuit. Il quitta les locaux cachés de son organisation en saluant d'un signe de tête les trois assassins camouflés qui gardaient l'entrée. Mains dans le dos, il remonta le quartier nain de la capitale de son habituelle démarche feutrée et régulière.

L'assassin tourna en direction du vieux port et s'enfonça dans la pénombre de la nuit. Un petit kilomètre plus loin, proche des falaises bordant la ville, deux personnes en armure noire l'attendait. Seuls leurs yeux bleus pouvaient se discerner. Saint-Luc arriva à proximité des deux humaines à la chevelure noire qui gardaient trois montures, deux destriers de la mort et un cheval de bonne race.

La première runique dont les cheveux formaient une boucle en cœur, entama la conversation :


- Aucun problème ? C'est fait ?

Saint-Luc ne lui répondit pas et jeta une petite télécommande avec un unique bouton. Le chevalier de la mort l'attrapa sans difficulté. Un sourire traversa son visage blanchâtre puis Lucie actionna le mécanisme. L'assassin de la Spiono Kasema tout en avançant vers sa monture marmonna quelque chose en tenant une pierre blanche et carrée. Il était facile de reconnaître une orbe d'illusion. La peau de Saint Luc commença à s'échapper comme une poussière volatile pour laisser place au corps d'une femme à la chevelure ébène et avec une colombe tatouée au niveau du cou. Le groupe monta sur leur destrier avant de disparaître dans l'obscurité.

Le lendemain, la Gazette fera de l'incendie ayant frappé un groupe de bâtiments dans le quartier des nains sa première page.
Contenu sponsorisé

Re: [13e] Transition Taylor Rédan :

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum